UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/07/2013

Qelques réactions récentes à la lecture quotidienne de "Le Monde"

RéACTION
Je viens de recevoir sur ma boite mail une publicité de Coca Cola offrant une consommation a volonté pour 1 an, en partenariat avec Le Monde.fr. Est ce en conformité avec la charte éthique et de déontologie publiée récemment par Le Monde ??? Il faut quand même savoir que Coca Cola consommé par des milliards d'hommes et de femmes est l'un des principaux facteurs de l'épidémie d'obésité du nous connaissons actuellement, associé au diabète. Peut on donner une explication sur ce fait ??
sur La charte d’éthique et de déontologie du groupe Le Monde 12

  • 16:55
    25/05
    RéACTION
    Je suis peu pratiquant, mais ma femme est trés engagée dans le fonctionnement de la paroisse locale, et nous recevons souvent le curé vietnamien qui vient se réconforter autour de la table familiale. Je suis scandalisé de l'attitude de l'Eglise de France dans le débat du mariage pour tous.Nous somme en démocratie, d'un Etat Laïque, et heureux de cette situation. L'Eglise Catholique qui contraint au célibat ses prêtres, ferait mieux de balayer devant sa porte, et d'autoriser leur mariage.
    sur Des fidèles catholiques meurtris par le virage "identitaire" de l’institution 57
  • 10:06
    15/05
    RéACTION
    Au delà du financement des retraites, de la réduction du coût du travail et de la libération du marché des biens et services, il y a la réforme de l'Etat, avec la suppression des départements et le regroupement des petites communes, et la réforme bancaire en séparant les activités bancaires de celles des marchés financiers. Vaste programme, dont je ne vois pas le début du commencement. Courage François !!!
    sur France : les trois réformes exigées par Bruxelles 53
  • 16:04
    06/05
    RéACTION
    FH manque de courage pour entreprendre les réformes indispensables, réduire le millefeuille de l'organisation de l'Etat, en premier lieu suppression des départements et regroupement des petites communes, en second, lieu, imposer aux banques françaises la séparation des activités bancaires traditionnelles des activités de marché financiers, afin de réduire les risques de nouvelle bulles financières.
    sur Editorial : le courage, la ténacité et la pédagogie, c’est maintenant ! 35
  • 10:58
    01/05
    RéACTION
    Cet ex-ministre de l'intérieur, a une défense minable, il contribue a ce que le public a de moins en moins confiance dans le personnel politique , de plus en plus loin des réalités de terrain. Ils ignorent les effets de la crise et du chomage !!! Pareil droite et gauche !!!
    sur Fonds en liquide : la défense hasardeuse de Claude Guéant 83
  • 15:53
    29/04
    RéACTION
    Je n'ai pas vu dans l'article de ce jour (29/04) sur le livre blanc des armées, la mention de la force nucléaire. Je suppose qu'elle reste en l'état actuel. Pourtant un débat s'impose, il s'agit de moyens trés important, qui pourraient sans doute être mieux employés ailleurs. Faut-il conserver une force aérienne nucléaire, alors que la Grande Bretagne l'a supprimé depuis 15 ans ? Quelle utilité statégique depuis que mur de Berlin a disparru ??
    sur Armée amputée, France déclassée 54
  • 16:10
    27/03
    RéACTION
    Je regrette d'avoir voté Hollande à la présidentielle, mais pas pour le motif d'incompétence ou de faiblesse dans la conduite de la France, mais parceque je pense que la situation de la France à la fin du quinquennat de NS, était catastrophique et que les perspectives d'évolution du contexte européen étaient désastreuses, ce qui s'est révélé par la suite. Je regrette que l'équipe Sarkosienne ne soit pas maintenant au gouvernement, le PS est déconsidéré pour longtemps.
    sur Hollande moins populaire que Sarkozy, dix mois après l'investiture 64
  • 10:30
    14/03
    RéACTION
    49 000 morts en France par année, pour cause de consommation excessive d'alcool, c'est faux et scientifiquement indémontrable, la seule étude OMS sur ce sujet indique 25 000 morts par an sur les 25 pays d'Europe les plus riches, pour cause de consommation excessive d'alcool. Pourquoi cette campagne, organisée dans tous les médias, est ce une préparation de l'opinion publique , a la mise en place d'une nouvelle fiscalité?
    sur L'alcool responsable de 49 000 morts en France par an 27
  • 16:29
    12/03
    A LIRE
    L'alcool responsable de 49 000 morts en France par an
  • 18:21
    17/02
    RéACTION
    Les 2 ministres qui ont décidé de stopper l'activité de l'entreprise de Castelnaudary, ont-ils surréagi au buzz médiarique de la viande de cheval mélangée à du boeuf ? A la lumière de ce qui est révélé sur ces pratiques dans toute l'Europe , je le pense. Il fallait punir l'industrie agroalimentaire , productrice de malbouffe, dans laquelle la marque qui imprime l'emballage du produit final livré à la grande distribution et celle ci en premier lieu sont coupables par la pression sur les prix
    sur Viande de cheval : de nouveaux retraits en Finlande et au Danemark 57
  • 08:40
    14/01
    RéACTION
    Cette manif a réuni des opposants à la politique de François Hollande, pas tous les opposants, qui ont saisi l'opportunité du mariage pour tous que l'Eglise catholique combat. Le Gouvernement ira jusqu'au vote du Parlement et il a raison, la même chose s'est passé pour le vote du PACS, même opposition, et désormais tout le monde l'accepte.
    sur Mariage homosexuel : et maintenant ? se demandent les quotidiens 8
  • 15:29
    12/01
    RéACTION
    L'eglise catholique,commet une erreur majeure, en prenant la tête d'une manifestation de masse contre la proposition d'une évolution législative du contrat de mariage civil. On sait que près de 50 % des enfants qui naissent, le sont hors mariage religieux ou civil, ont presque toujours père et mère à l'état civil, vont ensuite à l'école et s'insèrent dans la société comme les autres enfants. Notre famille est catholique, et nous avons des enfants et petits enfants qui vivent ça, sans problème!!
    sur Mariage pour tous : le combat perdu de l'Eglise 79

24/06/2013

vins de France, données et commentaires

Récolte des vins en 2012 (France)

(annexe plus générale sur vins BIO)

 

Le secteur viticole français représente, en nombre de personnes employées, en chiffre d'affaire, en contributeur fiscal national, en facteur d'équilibre de la balance commerciale française, en facilitateur de l'attrait touristique et du développement touristique de la France, en protection et valorisation des paysages et du patrimoine immobilier national, en aménagement du territoire, un élément essentiel de notre pays. Cette situation n'est pas suffisemment reconnue par l'Etat et certains de ses composantes ministérielles, en particulier des groupes qui gravitent autour du ministère de la santé , qui sous prétexte de lutte anti-alcoolique, s'efforcent de le dévaloriser médiatiquement et de le frapper fiscalement. Il faut reppeler, à ce sujet, que la consommation de vins en France a diminuée de plus de 50% en 20 ans, ce que les succès à l'exportation ont permis de compenser. Le vin n'est plus un facteur d'alcoolisme en France, mais un produit culturel et un lubrifiant social.


121 672 déclarations de récoltes ont été souscrites en 2012 pour une superficie de 754 853 ha dont 447 744 en AOP, 191 615 en IGP, 40 488 en VSIG et 75 006 en vins aptes au Cognac ou Armagnac.

 
En
AOP : 10,3 Mhl de vins rouges, 6,6 Mhl de blancs et 2,7 M hl de rosés. En IGP : 7,2 Mhl de vins rouges, 2, 9 Mhl de blancs et 1,9 Mhl de rosés. En VSIG : 1,1 Mhl de vins rouges, 553 500 hl de blancs et 282 000 hl de rosés.

La France produit donc en 2012 : 41,3 Mhl de vins, dont 18,7 Mhl de rouges, 10,9 Mhl de blancs (ce chiffre est fort car il regroupe les vins blancs aptes au Cognac et Armagnac 7,5 Mhl) et 4,9 Mhl de rosés qui du fait de la remarque précédente occupent la seconde place des vins consommés en l’état.

Le Languedoc-Roussillon occupe la première place en volume 11,9 Mhl devant Charentes-Cognac 7,6 Mhl et l’Aquitaine 6,3 Mhl. L’Aquitaine est en tête des AOP 5,9 Mhl devant la Vallée du Rhône-Provence 3,3 Mhl et le Languedoc-Roussillon 2,5 Mhl
A noter les 2,2 Mhl de la
Bourgogne à parts presque égales entre blancs 1 Mhl et rouges 890 000 hl, les 1,9 Mhl de la Champagne et les 1,5 Mhl du Val de Loire qui produit plus de rosés 515 000 hl que de rouges 430 000hl.

Avec 8,6 Mhl d’IGP sur 13 Mhl produits le Languedoc-Roussillon est hégémonique.

A  noter le nombre important de déclarants en Bourgogne par rapport à la superficie : 14 208 alors que l’Aquitaine en compte 12 036 et le Languedoc-Roussillon 23 157.

En AOP blanc l’Alsace 1,059 Mhl et la Bourgogne 1,087 Mhl font jeu égal.

Les ex-vins de table devenus VSIG sont réduits à la portion congrue 1,9 Mhl.

Il existe 763 déclarants des départements non viticoles


Vin «bio» doublement des volumes en 2 ans…

Il faut distinguer les catégories de vignes en conversion biologique, des vignes certifiées. Après 3 ans, contrôlés, de non utilisation de produits de traitement ou autres (engrais, amendement...) des vignes, interdits en production biologique, la certification permet de revendiquer la qualité de production de vins biologiques, sous réserve que les conditions nouvelles d'élaboration des vins, fixées par le règlement européen de 2012,soient respectées.

Avec 50 268 ha en bio en 2010 contre 39 000 en 2009, le vignoble bio français enregistre une progression de 28%, soit un peu plus de 6% du total du vignoble français. Les surfaces de vignes certifiées représentaient 21 403 ha (+ 22%), et celles en conversion, 28 865 ha (+ 33%). Cela se traduit par une hausse du nombre d’exploitations en un an de 30% (3 945 vignerons), et un probable doublement des volumes disponibles entre 2010 et 2012… Cette progression constante depuis plus de 10 ans, a permis aux viticulteurs bio d’atteindre dans leur filière dès 2010, les objectifs du Grenelle de l’Environnement fixés pour 2012 (objectif affiché de 6% de la SAU totale cultivés en bio).de 10 ans, a permis aux viticulteurs bio d’atteindre dans leur filière dès 2010, les objectifs du Grenelle de l’Environnement fixés pour 2012 (objectif affiché de 6% de la SAU totale cultivés en bio).

Aujourd’hui, l’Europe est la principale productrice de vin bio représentant 88% des surfaces biologiques dans le monde. Elle est suivie par l’Amérique du Nord (6%) et l’Amérique du Sud (3%).

Au niveau mondial, les principaux pays producteurs de vins bio sont respectivement, l’Espagne avec 57 232 hectares, l’Italie avec 52 273 hectares et la France, avec 50 268 hectares. La France se positionne donc comme le 3e vignoble bio dans le monde, derrière l’Espagne et l’Italie. Ces trois pays représentent la quasi-totalité du vignoble européen,
soit environ 80 % des surfaces de vignes bio dans l’Union.

En 2010, le chiffre d’affaires total des produits alimentaires et boissons bio s’élevait en France à 3,4 milliards d’euros, ce qui représente une croissance de 10,8% sur un an (source : Agence Bio 2011). Le secteur des vins « bio » représentait 322 millions d’euros soit une hausse de + 8% en un an.

En France, les plus importantes surfaces de vigne cultivées en bio correspondent aux trois principaux vignobles français. Précurseur, le Languedoc-Roussillon a conservé son rang de leader en 2010, tant en surface (cumul surfaces bio et certifiées 16 462 ha soit + 30%)
qu’en nombre d’exploitations (1029 caves soit + 29%). Suivent les régions PACA (684 exploitants soit + 28%, et 11 209 ha soit +25%), et Aquitaine (614 exploitations soit + 40%, et 7715 ha soit + 41%). Les vignerons aquitains en particulier sont venus à la viticulture bio
récemment, mais au vu du rythme de conversions (+ 63% ), le retard devrait être comblé rapidement. En 2010, d’une manière générale, les conversions ont poursuivi leur progression sur un rythme très soutenu. Le Poitou-Charentes se distingue particulièrement, affichant une hausse spectaculaire de 87%, suivi de l’Aquitaine.

En 2010, le chiffre d’affaires total des produits alimentaires et boissons bio s’élevait en France à 3,4 milliards d’euros, ce qui représente une croissance de 10,8% sur un an (source : Agence Bio 2011). Le secteur des vins « bio » représentait 322 millions d’euros
soit une hausse de + 8% en un an.

 Ventes : les vins « bio »connaissent une très forte croissance en grande distribution
En France, les vins bio sont de plus en plus présents sur le circuit de la grande distribution (GD). Selon l’enquête IRI réalisée en 2010 par SymphonyIRI Group, les vins « bio » représentent 9 millions de cols sur 1,27 milliard par an soit 0,7% des volumes annuels de
vins tranquilles et 1,1% du chiffre d’affaires du marché des vins tranquilles. Si le marché des vins bio reste encore embryonnaire, il connaît, cependant une très forte croissance.
Les volumes sont en effet passés de 6,875 millions de cols en 2009 à 8,824 millions de cols en 2010, soit une augmentation de + 28,3% et + 28,2% en valeur(30,6 millions d’euros en 2009 contre 39,3 millions d’euros en 2010).

 





12/06/2013

Contre l'alcoolisme, le (bon) vin !

 

La France a deux grandes spécialités : son vin, et sa capacité à entraver tout ce qui peut faire fonctionner et briller le pays. La loi interdit toute publicité, et au-delà toute communication, émission ou reportage portant sur le plaisir du vin. Au pays des grands crus que le monde entier nous envie, il est proscrit, sous peine de lourdes amendes, de commenter une dégustation professionnelle ou un repas associant mets et vins, bien que le repas gastronomique à la française soit inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, et que le vin représente, en France, la seconde rentrée de devises après l'aéronautique (soit la valeur de 41 airbus tous les ans) ! Un moralisme sournois pèse sur notre démocratie. Comment, au pays des sans-culottes assoiffés de liberté comme de vin, en est-on arrivé là 'Né de la défaite de 1870 et de la volonté de trouver un bouc émissaire, l'hygiénisme et le prohibitionnisme ont engendré une médicalisation de la société. Au nom du risque zéro l'action, la décision et la responsabilité de chacun s'effacent désormais devant le « Nous savons mieux et décidons à votre place » de soi-disant experts pas toujours désintéressés, dont beaucoup sont en conflit d'intérêt. D'où vient cette idéologie culpabilisatrice qui confine parfois au ridicule ' Va-t-on interdire les « routes des vins » sous prétexte qu'il ne faut pas associer les mots routes et vins ' Face à cette prohibition rampante, l'éducation, l'apprentissage du goût, et la transmission du savoir à nos enfants doivent être remis en avant ! Dans ce pamphlet-manifeste, Jacques Dupont dénonce les excès du moralisme ambiant pour en chercher les causes, en souligner le ridicule, et en indiquer les remèdes. N'ayons pas peur, « invignons-nous ! ».

La France serait donc un repaire d'alcooliques qui s'ignorent. Du moins si l'on en croit la dernière publication signée Catherine Hill et de quatre autres spécialistes dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'Institut de veille sanitaire. On peut tout de même s'étonner du contenu, de la méthode d'analyse et des conclusions de ce rapport. Interrogée par le journal Le Monde au sujet du nombre de décès provoqués par l'alcool - 28 000 lors "d'une précédente enquête" et 49 000 aujourd'hui -, Catherine Hill répond : "Nous avons multiplié la consommation déclarée par 2,4 pour l'ajuster à la consommation estimée par les ventes."

À partir de quelles bases scientifiques ce coefficient de 2,4 ? Et quel rapport avec le nombre de morts ? Faut-il en conclure qu'en appliquant un coefficient multiplicateur à la "consommation déclarée" on a aussi bricolé le nombre de décès avec un coefficient "en rapport" avec les ventes ?

Rappelons tout de même que tout ce qui est acheté en France ne l'est pas forcément par des Français et encore moins consommé par eux. La France accueille chaque année 90 millions de touristes qui ne boivent pas que de la grenadine et ne viennent pas chez nous uniquement pour s'intéresser à la vitesse de la marée au Mont-Saint-Michel...

Le vin, un rempart contre les conduites à risque

La même Catherine Hill dénombrait en 1995 45 000 morts dues à l'alcool, soit 4 000 de moins qu'aujourd'hui. Cela prouve déjà la nullité des pratiques dictées par les lobbies hygiénistes et médicaux et appliquées depuis 1993 - la fameuse loi Évin, cette loi, qui, comme les auteurs de ce rapport, met dans le même sac les alcools industriels, le vin, qui relève d'une tout autre approche culturelle et historique, et le tabac... Le professeur Robert Proctor, historien des sciences à l'université de Stanford, auteur du best-seller Golden Holocaust, relevait que seuls 3 % des buveurs d'alcool sont dépendants, alors que c'est le cas de 80 à 90 % des fumeurs.

Si les chiffres de Mme Hill sont vrais et que l'alcoolisme progresse, alors, il convient très vite de remettre le vin à l'honneur en France. Sa consommation s'est divisée par trois depuis cinquante ans sur le sol national, tandis que, depuis 2007, les ventes de vodka et de bourbon ont connu une progression de 47 %. Cela signifie que, comme le soulignent nombre d'experts étrangers, le vin, grâce à l'éducation qui doit accompagner sa découverte, constitue un excellent rempart contre les conduites à risque.

Invignez vous

Auteur : Jacques Dupont

  • Editeur : Grasset & Fasquelle

  • Parution : 08/05/2013