UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/01/2015

Disparition de Yves Rouquette, Camarès (12360) 04-01-2015.

 

Yves Rouquette, chantre de la culture occitane, est mort dimanche 4 janvier à l'âge de 78 ans à son domicile de Camarès, (12360) dans l'Aveyron. Il aurait eu 79 ans en février 2015. Il est de ma génération.

 

Militant de la reconnaissance de la langue occitane, enseignant, auteur de nombreux ouvrages dans ce domaine, cocréateur de l'IEO, Institut d'étude occitane à Béziers. L'un de ses ouvrages «  De la vinha, del vin e dels ômes  » «  IEO 1987  » a suivi mon «  Histoire et avenir des vins du Languedoc  » (Privat 1985) qui l'a inspiré et dont il s'est nourri.

 

 

 

Né en 1936 à Sète, Yves Rouquette, qui exerça longtemps son métier de professeur de français à Béziers, s'est imposé au fil de ses écrits et de son action comme une figure incontournable de la défense et de la promotion de la langue occitane. Il fonda ainsi la revue Viure (1965-1973) et fut un des principaux animateurs du mouvement «  Volèm viure al païs  » («  nous voulons vivre au pays)

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Il fut également à l'origine de la maison de disques Ventadorn (1969) consacrée à la chanson occitane, ainsi que du Centre international de documentation occitane (1974), devenu aujourd'hui le Centre interrégional de développement de l'occitan, installé à Béziers. Il a mis en scène des pièces de la liturgie occitane du Rouergue, dans le cadre de l'Abbaye de Sylvanès, (messa de Sylvanès ,Musique de André Gouze et chœur d'hommes) Son frère Jean, est lui même auteur d'ouvrages en occitan , et a traduit la Bible (Ancien Testament) en occitan (Letras d'Oc 2013) énorme travail d'érudit.

 

Impliqué dans la lutte des paysans du Larzac, avec son frère Jean plus connu sous son nom e plume « Jean Larzac »Yves avait mis en place une des premières écoles bilingues Calendreta, où l'enseignement est dispensé en français et en occitan. Il avait également été très impliqué dans le mouvement de contestation des viticulteurs du sud de la France, en crise au milieu des années 70. Auteur d'une trentaine de recueils de poésie, de romans, de pièces de théâtre et autres contes, Yves Rouquette avait également traduit en occitan plusieurs chefs-d'œuvre de la littérature française (Giono, Molière) et italienne.

 

Yves Rouquette, époux de la femme de lettres et chanteuse de chants occitans, Marie Rouanet, tenait encore récemment une chronique hebdomadaire dans l'édition dominicale de La Dépêche du Midi intitulée « Accent d'Oc ». Dans un message de condoléances, le président de la région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, a salué « l'engagement d'une vie » au service de la promotion de la langue et de la culture occitanes. Yves Rouquette « était aussi un homme de lettres de premier plan, attaché à la transmission de son amour des mots », a encore dit M. Malvy.

 



 

Voici un petit texte en occitan qui montre sa liberté d'esprit : Le Filh del paire :

 



 

Maria ela, se trapava dins la potentialitat d'ésser filia-maire , et sa maire començava de far missant sang.

 

Anna , s'apelava, e éra femna de dever. Velhava quora tornavan las flors de sang de la pichota, e ara, comptava los jorns de retard, que se tracassava de veire pas passar a la bugada la pelhas des cada mes.

 

Li demandet que s'expliquèsse

 

Las explicas que Maria li donèt (un polit junome bancvestit, una colomba, l'Ombra del Plan-naut, te sabi ieu !) li foguèron de tan mal creire coma los contes de ma grand-la-borlha. Cada familha a son compte de bastardots, des filhas perdudas, de naissenças calholas ,a començar per la meuna : la maire de ma paure mama èra veuse dempuèi dos ans e grossa dusca als uols quand prenguèt mon pepin. La banalitat d'una situacion ne desmesis l'orror, Anna , pr'aquo èra furiosa .

 

Brandiguet la campanas a sa filha, mas ne tiret pas mai que ço qu'espus naut resumit : l'enfant que Maria n'éra prens era pas lo fach de cap d'ome, maridat o pas, seductor o trimardier, idola ,VRP o VIP... L'anja l'avia pas ni tocada ni serrada. De l'aucèl ne diguèt pas un mot.

 

Me podes cridar tant que voldràs , diguèt. Ai ma consciencia par ieu. Siai dins las mans de Nostre-Sénher.

 

Anna s'en prenguèt al cèl dirèctament :  « E ben ou, Jeovà ! M'entendes, oc ? Sabi pas cossi t'es venguda l'idèa muscada de far un pichot a ma filha, mas ara bolega-te per li trapar un paire , un paire a de bon, a aqueste enfant. Si que non, gara ! »

 

Dieu entendet , mas respondèt pas ren. Aquela femna avià rason : i a ps pièger que d'èsser bastard dins un vilatge . Tot lo monde s'i conois. Lo filh de pas degùs i ven l'enfante de tot lo monde..Sa maire pot pas èsser qu'ona pofiassa. Dieu lo paire vesià deja de finochas donar la pèça a son Jesus, al sortir de la sinagoga, e li mostrar del det quauque idrocefala o quauque pedescauç : « vai donar lo bonjorn a ton paire ! »

 

Sonèt Gabriel que venguesse : « As entendut ? Trapa-me un presta-nom e leu fach !

 

« me'n ocupi, diguet Gabriel.

 

I avià a Nazarèt un vielh garçon, ambe pas gaire d'abeluc, mas bon coma lo pan. Era menusièr-ebenista, o fustier benlèu. Las lengas de sèrp, lo disiàn fabricaire de forcas et de croces e amator de vin blanc sec.

 

Lo dimenge de matin anava à la messa primiera, que se disia a la sinagoga, d'aqui , al Grand Café Ramondec, dins la carriéra granda, onte avià sa botelha a el, darrèr lo comptador.

 

Era paucparla, cuol serrat, gris d'uolhs et de pial, amb, una una barba quadragugulara e l'amna maurassiana. Sa familha éra de bona raça:per Jacôb, Natam, Elcod, Aïm e quauques autres davalaba de Salomon et de David. En mai d'aïço, crentava Dieu.

 

Los ômes aital, quand an pas pussa de mama a l'ostal per li far la sopa, fan d'excellents esposaires de filas emprenhadas. I a , dans cada vilatge, una femna especialisada dins aquelas operacions : maridairas, entremetora, mandrona, celestina, o calandra.

 

Anna anèt trapar la de Nazaret. Aquesta anèt al talhièr de Josep e li proposet qu'esposesse Maria. La matrona empleguèt de formulas talament alambicadas que lo menuisier creseguet quéra una vertadiera filha pregausada..

 

Se faguèt un briconèl tirar l'aureilha, mas pas mai que calià :oc-ben avia remarcada aquela domaisèla emai li agradava. Demandava solament que li daisèssonun pauc de temps per comandar son vestit novial, passar de cauç a las parets de son ostal, far un grand lièch cairat e l'ondrar de telas blancas. D'aqui aqui se podia publicar los bans, comandar lo curat per la ceremodia, la cosiniera pel repais, la musica per la dança.

 

« O li as plan tot estipulat ? Demandava Anna a la Célestina. Pensi que sap çô que prend e qu'es consent

 

_Del moment que te disi que li ai tot dich !

 

_L'ôme es pas al fial de ren. Veses pas que Josèp agesse pas ren comprès e li anèsse demandar aiço e aiço...la pachaca que serià .

 

_Ajas pas lagui. Las fiançailhas son per quora ?

 

_1èr delà diguèt Anna. E per l'ostal, lo tornaràn emblanquir après. E lo lièch, se l'an pas pro grand , se sarraràn »

 

Avian convidada la parentela. Maria avià una cosina, Elisabèt, que son ôme , prèire de son mestièr, éra conoscut per ses istôrias de curat. Puslèu calhiôlas. Comptavan sus el, per acabar de deschagrinar al dessèrt, mas lo jorn de las acordalhas lo trapèt mut coma una sarda al barril . Sa femna, tirant de son sac un planpont d'escrituras e ,se metent a las legir a Joaquin e Anna, lor expliquèt perquè.

 

_:Aquî çô qu mon ôme ten a vos far assaupre « èri al temple, occupat a l'ofici »....

 

En resumit, l'arcàngel Gabrrièl li èra aparescut. Sa femna Elisabèt li anava donar un filh que jamai de sa vida tocarià pas al vin ni de rasim, ni de palma, ni al raqui, ni a la cervesa , ni a ren d'aital, e l'esperit del Tot-Poserôs serià sus el. Coma sa femna avià pas vistas arribar sas flors dempuèi d'annadas, el avià cresegut que l'angel se trufava. S'espofidèron totes dos. Elisabèt venguèt tota roja, mas éra de bonur. ; éra grossa coma una bomba. Contunhèt de legir :

 

_ôme de pauc de fe ! me cridèt lo Messatgièr de Dieu. Per te punir, diràs pas pus un mot d'aquî que l'enfant nasca. E vaqui perqué mon ôme es mut.

 

Maria sorisià. Aimava aquela idéa que son filh aurià un cosin que tornarià menar lo pôble d'Israèl pels camins dreche de Iavè ; Elisabèt se'n tornèt dins sas montanhas e Maria arrestèt de jogar a la marèla de paur que son fruch se desarrapèsse.

 

Dieu , de dins sa cadieràs de nîvols, o seguissià tot. Èra urôs de veire que tot se présentava plan.

 

_ L'ensalada nada dins l'ôli. Gabriel, disià, Nada dins l'ôli … !

 

Yves Rouquette

 



 

Résumé en français :

 

Anne la mère de Maria est inquiète, sa fille a ses règles en retard, elle la questionne, avec qui ??? Marie jure ses grands Dieux que jamais elle n'a approché un homme !!! Elle raconte à sa mère une histoire à dormir debout. Un ange lui est apparu, accompagné d'une colombe et d'un jeune homme en blanc, ils lui on annoncé qu'elle serait bientôt mère d'un enfant ,fils de Dieu. Et bientôt ses formes s'arrondissent !! Comment dire aux commères du village que cette naissance est un don du ciel, Un enfant sans père ?? Il faut chercher un père nourricié Anne fait appel à la voisine connue pour son esprit de débrouillardise dans les problèmes de femmes. Celle ci trouve un artisan célibataire, qui travaille le bois, qui aime un peu le vin blanc sec, et le bistro, plus que le temple, elle lui raconte une histoire incroyable qui arrive à le convaincre que cette fille enceinte, est vierge???Joseph accepte enfin, et Anne prend les choses en main, pour aller très vite. Mais Gabriel, l'Archange souhaite que le fils de Marie ait un compagnon issu de la même lignée, et la cousine Élisabeth est enceinte alors que ses règles ont disparu depuis plusieurs années. Tout est bien qui finit bien, Dien est très satisfait dans son fauteuil de nuages, la salade nage dans l'huile !!!

 

J'ai rédigé ce texte a partir de photocopies peu lisibles, en écoutant la Missa de Sylvanès dont la voix de Yves est reconnaissable dans les dictions .

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.