UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/12/2014

Boire du Coca rendrait la vie plus brève :

 

Une prestigieuse revue américaine d'épidémiologie ( Américan Journal of Public Health )vient de publier une étude dont l'une des conclusions est surprenante. On sait depuis une dizaine d'années que les chromosomes (élément essentiel des cellules humaines) comportent à leur extrémité un élément plus ou moins long appelé « télomère ». On a constaté que les centenaires en bonne santé ont des télomères très longs.Des conditions de vie défavorables, alimentation ou autres circonstances, entraînent un raccourcissement des télomères. Des équipes d'épidémiologistes ont recherché quelles sont les circonstances qui entraînent un raccourcissement des télomères.

 

Ils ont eu l'idée de mesurer les variations de longueur des télomères sur une durée brève, 4 années, pour 5300 adultes en bonne santé, parmi d'autres résultats, les buveurs réguliers de coca cola ou de pepsi cola ont les télomères qui raccourcissent.

 

D'après les calculs des scientifiques, avaler 2 canettes de coca par jour entraîne la perte en 4 années de 4,6 années d'espérance de vie. Comment cette boisson sucrée agit-elle sur les télomères ?

 

On n'en connaît pas les raisons . Mais on sait que ces boissons sucrées' sont sont fortement soupçonnées de favoriser le cancer de l’œsophage à cause des remontées gastriques, de plus l'acide phosphorique que contient le coca, agit sur le squelette en perturbant l’absorption du calcium, particulièrement chez les femmes .

 

Autre ennemi de la santé humaine, le sucre consommé en trop grande quantité. Une canette de coca contient l'équivalent de 7 morceaux de sucre, qui sont une des causes de l’épidémie d'obésité et son cortège de maladies dont la première, le diabète.

 

Certains restaurants spécialisés dans la malbouffe, offrent maintenant un « drink spot » fontaine ou on peut boire des sodas à volonté. 'plus de 400 établissement proposent cette attraction en France.

 

Que voilà une belle initiative en matière de santé publique et une manifestation de la cohérence de la politique de notre ministère de la santé et de notre gouvernement !!!  En effet, la société qui a mis en œuvre cette action commerciale remportant un grand succès auprès des jeunes consommateurs de cette chaîne, est propriété de la Caisse des Dépôts , donc notre État, via sa société d'investissement, dont la patron était il y a peu, secrétaire général de la présidence de la République. Offrir du coca à volonté, alors que les experts de santé publique demandent que soit alourdie la TVA sur les sodas, pour en diminuer la consommation, est incompréhensible.

 

Les questions de consommation alimentaire occupent une place importante dans les débats de santé publique en raison d’un lien fort entre consommations alimentaires ,y compris boissons, et la montée de l’obésité ou l’occurrence de maladies chroniques. Les autorités publiques et sanitaires tentent de promouvoir une alimentation équilibrée et mettent en place le Programme National Nutrition Santé (PNNS) depuis 2001 ainsi que le Plan Obésité depuis 2010. Les politiques nutritionnelles utilisées jusqu’ici ont consisté à guider le consommateur vers des choix plus adaptés à une alimentation saine et équilibrée (campagnes publicitaires, éducation…). Ces outils n’ont pas réussi à modifier la prévalence de l’obésité en France. Les autorités publiques s’intéressent désormais à d’autres outils visant à modifier l’environnement des consommateurs (politiques agissant sur les prix, normes de composition des produits, incitation à la reformulation des produits, restriction sur l’offre dans certains lieux…).

 

L'objectif des travaux menés est d'aider les pouvoirs publics dans la lutte contre la prévalence de l'obésité en évaluant l’impact de politiques de taxation/subvention sur la modification des choix alimentaires. Ces travaux utilisent des méthodes d’économétrie structurelle. Elles permettent de tenir compte des réactions en prix des industriels et des distributeurs lorsqu’ils font face à une politique de taxation ainsi que de la réaction des consommateurs en termes de consommation. Les modèles développés sont utilisés pour simuler l’impact de diverses politiques publiques.

 

Malheureusement, toutes les tentatives publiques dans ces domaines n'ont pas donné, à ce jour, de résultats probants.

 

Jean Clavel 05/12/2014

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.