UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/05/2013

Le renouveau de la politique de qualité viticole en Languedoc.

 

 

La première tentative d'organisation de la production et de la mise en marché des vins et autres produits de la vigne en Languedoc date du 27 septembre 1727, sous la forme d'un décrêt royal (Louis XV) en Conseil d'Etat , a la suite d'une délibération des Etats de la province et d'une proposition de l'intendant-général: Il est nécessaire de prescrire la manière de faire , de fabriquer et d’éprouver les vins qui se recueillent et les eaux de vie qui se fabriquent en Languedoc, de fixer la contenance des tonneaux servant à les renfermer et de prendre les mesures convenables pour assurer la fidélité de ce commerce. Le roi en son conseil a ordonné:

suivent 15 articles concernant la mise en marché des vins et eaux de vie du Languedoc, leur contrôle, la fabrication des tonneaux, leur contenance et la responsabilité de l'artisan

Article 12°

Par les États du Languedoc, il sera établi un inspecteur qui vérifiera la qualité de tous les vins , esprits de vins et eaux de vie, envoyés dans les ports de Cette, de Béziers, et de Beaucaire, pour y être embarqués, pour l'Étranger, ou pour Lyon, Bordeaux et autres villes du royaume, fera l’épreuve de la qualité des vins , esprits de vin et eaux de vie, saisira ceux qui n’auront pas les qualités requises et les futailles qui ne seront pas conformes au présent arrêt, dressera des procès verbaux, et poursuivra les contrevenants de quelque qualité et condition qu’ils soient et en quelques lieux qu’ils habitent par devant les juges et consuls de Montpellier

 

Le 3 juillet 1919 , une loi fondamentale organise la mise en place des appellations d’origine dans la production viticole. Cette loi faisait suite à une loi de 1906 qui donnait aux préfets la possibilité de délimiter des zones de production pour protéger l’usage de noms de terroirs. Mais l’application sans concertation de cette loi en Champagne avait provoqué en 1911 des émeutes, l’intervention de l’armée, et des rencontres avec les représentants méridionaux qui avaient négocié la loi de 1907. Ce qui avait mis le feu aux poudres c’est le refus du Conseil d'État d’entériner la délimitation faite par les Préfets.

 

En 1912 à l’instigation des vignerons du Languedoc et de la CGV(Confédération des vignerons du Midi) sortie des évènements de 1907, est née la FAV la Fédération des Associations viticole de France dont le syndicat des vignerons champenois faisait partie .En 1919, rien n’était encore réglé en Champagne et les producteurs de la Marne contestaient à leurs voisins de l’Aube et de l’Aisne le droit de se prévaloir de l’Appellation Champagne, des affrontements ont lieu. Dans l’urgence la loi de 1919 est votée et déplace le problème de l’ordre administratif à l’ordre judiciaire, ce sont les tribunaux civils qui saisis par les parties, vont devoir prononcer , aprés étude, consultation d’experts, et avoir entendu toutes les parties , l’autorisation ou le refus de l’utilisation du nom régional pour les productions en cause. Les principes judiciaires de cette loi furent appliqués pendant 30 ans, même aprés la naissance de l’INAO en 1934. en particulier pour Corbières , Minervois, Fitou, La Clape......

En 1922, le ministre de l’agriculture écrit aux préfets de notre région, pour les inviter à mobiliser les municipalités, les groupements professionnels viticoles, les chambres de commerce, et tous organismes ayant pour but la défense des intérêts généraux de la viticulture et du commerce afin de mettre en placeles délimitations des appellations d’origine « étant donné l’importance des intérêts en cause particulièrement au point de vue de l’expansion économique. » Ces propositions n’ont eu, à cette époque ,aucun écho en Languedoc, il n’en fut pas de même en Gironde, en Bourgogne et autres lieux. en 1930 M. Pasquet, Directeur de services Agricoles , établissait un rapport complet de la viticulture régionale . Il y décrit l'encépagement des Coteaux , “le carignan associé à l’alicante Bouschet, au petit-bouchet, au morastel-bouchet, et au cinsaut constitue l’encépagement des coteaux “

Comme vin médecin des aramons des plaines on ne peut faire mieux !! Les coteaux du Languedoc produisent , pendant la période 1900 à 1945 des vins très colorés, alcoolisés qui servent à remonter les productions trop légères des plaines. Au lendemain de la guerre de 39/45 alors qu’il faut replanter une bonne partie du vignoble délaissé pendant la guerre, des voix s’élèvent pour que l’on change et que l’on diversifie les productions.

A suivre...

Les commentaires sont fermés.