UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/12/2011

Réflexions sur l'endettement de l'Etat Français

copie de ma chronique du Monde de ce jour 26/12
 
Chronique d'abonnés

Déficit budgétaire de la France

par Jean Clavel, Vin et Santé, en Languedoc.
 
 
 

Le budget de la France 2012 est de 345 M€ en dépenses, 230 M€ en recettes, et donc un déficit de la différence : 115 M€

Pour tous les autres budgets : commune, département, entreprise, ménage...
— TOUT LE MONDE compare TOUJOURS le déficit soit aux dépenses, soit aux RECETTES, soit aux 2 :
Le déficit, le « trou annuel », de la France est donc de « 50 % (115/230 !) des rentrées d'argent ».
— PERSONNE ne compare JAMAIS ce trou à un complexe « produit intérieur brut » PIB qui serait « évalué » par d'anonymes statisticiens à partir des richesses du total des habitants de la commune ! (ou du
département, ou du total des clients, ou du total des amis qu'un ménage peut « taxer »
...)
Or, quand il s'agit du budget de la France, c'est systématiquement l'inverse :
— Strictement personne n'ose présenter le déficit de notre pays par rapport à ses recettes (ni à ses dépenses)
— Et absolument tout le monde le présente, toujours, par rapport au seul « P.I.B. » (que bien peu sauraient définir !).
C'est ainsi qu'un trou qui est en réalité de 50 % (sur la moyenne des recettes des 2 dernières années,
car il s'agit des chiffres de la France, en milliards € *) passe pour n'être que d'environ 6 % !
Sur 2010 + 2011, nous avons en effet dépensé moitié plus que ce que nous avons gagné (et non pas 6 % de trop). Certes, les prévisions pour 2012 sont moins vertigineuses... mais toujours 8 à 9 fois supérieures au taux affiché. En outre ces prévisions reposent sur : une croissance incertaine, un euro en question, des spéculations... Enfin, la prolongation d'un déficit, même minoré, n'est pas compatible avec l'endettement accumulé depuis 35 ans : en effet, comme cet endettement représente déjà 740 % des recettes annuelles * (« 85 % du PIB ») qui prêtera encore longtemps, 20 ou 25 % de plus, chaque année ? Si la dégradation du AAA se confirme et que les taux de ces emprunts augmentent, c'est l'impasse totale
La solution proposée par certains est de ne plus payer nos dettes (aux émirs qui nous alimentent en pétrole ? Aux « pauvres chinois » ? Aux caisses de retraite des Américains ? Aux assurances-vie des Français moyens ?)

Pourquoi une telle unanimité et constance, dans le mensonge par omission, sur le déficit ?
Peut-on me donner une explication ?

 

Les États se sont massivement endettés pour tenter de relancer leurs économies, sauver les emplois, assurer une croissance future. Aujourd'hui, à défaut de voir les économies progresser, un recul du chômage et une croissance correcte... on constate que les dettes des États vont devoir être remboursées. En clair : les caisses sont vides ! La question est de savoir comment les renflouer. Il y a une chose qui est limpide : la dette de l'État, c'est la dette des citoyens... la mienne, la vôtre, celle de vos voisins... À la fin, d'une façon ou d'une autre, ce sera aux citoyens de rembourser.

Mais comment

Commentaires

Bonjour,

L'Etat n'est pas un acteur économique comme les autres car il a capacité de déterminer ses propres recettes en fixant le montant de l'impôt qu'il peut prélever sur les autres agents économiques.

C'est en partie pour cela que l'on exprime ses recettes et ses dépenses en proportion du PIB, qui est la richesse produite sur le périmètre géré par l'Etat. Et puis ça facilité les comparaisons internationale.

Il existe des solutions au problème de la dette : défaut partiel, fiscalité plus progressive, monétisation de la dette...
Voir les propositions d'Attac, des "économistes atterrés"... et d'autres...

Cordialement

Écrit par : Pierre POLARD | 26/12/2011

Je sais tout ça, et lis les publications de ATTAC, mais pourquoi masquer cette réalité du déséquilibre fondamental actuel du système financier de l'Etat Français ? On sait aussi que le calcul du PIB est vicié et ne reflète pas la situation réelle du pays, que l'on porte au "crédit" de nombreuses données que l'on devrait porter au "débit" !!!

Écrit par : Clavel | 26/12/2011

Les commentaires sont fermés.