UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/12/2011

Viticulture du Languedoc Roussillon: une filière en mutation

Le Congrès de la FNSEA aura lieu les 26/27/28 mars 2012, à Montpellier, j'ai rédigé, à cette intention, un livret de 50 pages sur l'histoire et l'actualité de la viticulture de notre région, en voici la conclusion:

La viticulture reste largement dominante dans la région, (source Agreste , données 2000-2010) Malgré la perte de 60 000 ha. de vigne en 10 ans (2000-2010),et la perte de 30% des exploitations agricoles, 236 000 ha de vigne subsistent sur 19 800 exploitations viticoles dont 18 200 en font leur activité principale, c'est 30% du vignoble national et 26% des exploitations viticoles nationales.

85% des exploitations individuelles du LR ont une moyenne de 10 ha. de vigne alors que celles en statut autre (GAEC, EARL,SCEA, Sté commerciale) pour 15% des exploitations, ont 40 ha. de superficie moyenne et développent 41% du potentiel économique. Les exploitations viticoles occupent 22 000 UTA en 2010 contre 30 000 en 2000 ce qui indique une amélioration de la productivité du travail. La force de travail provient pour les 2/3 des exploitants et de leur famille, les salariés agricoles permanents, assurent 20% de l'activité sur les exploitations et 12% sont le fait de salariés saisonniers.

La crise profonde traversée par la viticulture régionale de 2000 à 2010, avec ses arrachages définitifs, l'abandon de parcelles, sa reconversion qualitative, le regroupement des caves coopératives et la destruction de nombre d'entre elles, a marqué sensiblement le vignoble régional, ses paysages, la démographie de nombreux villages. Sur le plan économique, les exploitations de vignerons indépendants sont en progrès, et 31% de leur production est vendu en direct aux consommateurs, le modèle coopératif reste dans certains secteurs très vivant, puisque 71% de la production viticole régionale est le fruit de coopératives. 8 exploitants sur 10 apportent tout ou partie de leur production en cave coopérative. Mais la mutation que subit le secteur est encore en cours,et il est vraisemblable que le phénomène de concentration des coopératives se poursuivra, ce qui entrainera encore la réduction du nombre d'exploitations viticoles, certains coopérateurs âgés, n'ayant pas de successeur et le fait que la coopérative locale cesse son activité, même si celle ci est continuée par une coopérative plus ou moins lointaine, entraine la fin de l'exploitation.

Lors du SITEVI 2011 (salon international pour les filières vignes-vins , fruits et légumes) à Montpellier le 30/11/2011, la DRAAF du Languedoc-Roussillon, FranceAgrimer et InterSud de France ont organisé une conférence débat pour rendre compte d'une étude prospective sur l 'avenir de la filière viticole régionale, à l'horizon 2025. Cette étude a été conduite pa l'INRA, Montpellier SupAgro et FranceAgrimer. Les responsables scientifiques de l'étude, assistés d'un groupe d'experts,ont fait participer les responsables professionnels à travers les réunions du Conseil de Bassin Viticole du Languedoc-Roussillon. Ils ont insisté sur la signification d'une étude prospective qui n'est pas une prévision, mais cherche à éclairer des avenirs possibles.

Les intervenants au débat ont souligné la qualité et l'intérêt de ce travail pour:

    • Soutenir des propositions structurées dans le cadre de la discussion de la réforme de la PAC après 2013

    • S'inscrire dans les marchés d'avenir, en particulier à l'export, et soutenir l'installation des jeunes et les démarches contractuelles.

    • Rappeler la place de la viticulture dans l'économie du Languedoc-Roussillon, le maintien du tissus social rural et les paysages seul moyen de développer l'oenotourisme.

 

4 macroscénarios ont été présentés et débattus:

1°Filière plurielle: des viticulteurs localisés et organisés: « L'union fait la force »

230 000 ha de vigne , 12 à 13 millions hl

2°Filière paysagère: l'oenotorium « Ceux qui restent en vivent correctement »

120 000 ha de vigne 4 à 6 millions hl.

3° Filière déclinante, une organisation sans âme ni projet « les occasions manquées »

150 000 ha. de vigne , 7 à 9 millions hl.

4° Filière libérale: un développement sélectif et industriel  Chacun pour soi... certain s'en sortent  « 180 000 ha de vigne 10 à 12 millions hl »

 

Après débat sur les enjeux et les conséquences possibles de chacun d'eux, les professionnels ont retenu finalement à l'unanimité le scénario N°1

Dans un contexte où l'image du vin est positive, l'intervention publique agricole, pourtant d'inspiration libérale, s'emploie à défendre les territoires agricoles, et à promouvoir la prise en compte par la sphère agricole des attentes sociétales en particulier environnementales. La gouvernance régionale de la filière réussit à intégrer ces attentes et à coordonner la production et la mise en marché d'une gamme régionale complète, cohérente en termes économiques pour les professionnels et lisible pour la consommateur. Ainsi la région récolte t-elle sa part de la croissance de la consommation mondiale et le potentiel viticole régional se maintien.

Pour ce faire , la viticulture est localisée en îlots, chacun d'eux privilégiant nettement soit une stratégie de réelle différenciation (AOP, IGP, Cépages, Bio...)soit une stratégie de coût/volume assumée. Ces derniers bénéficient notamment d'investissement d'origine publique en matière d'irrigation, également localisés. Clairement identifiés, ces logiques permettent une intégration efficace des avancées de recherche/développement. Elles se révèlent attirantes pour les investisseurs extérieurs à la région et propices au développement d'un oenotourisme efficace et diversifié.

 

La bataille des vins de qualité de la région Languedoc-Roussillon est gagnée, les encépagements, la culture de la vigne, les équipements des caves, les compétences, le souci de la protection de l'environnement, la conquête des consommateurs du monde, sont au rendez vous de l'Histoire. Tout n'est pas fait, mais tout est en train de s'accomplir. Les jeunes vignerons sont plus compétents, plus ouverts, plus informés, ils sont reliés au monde par internet. Ils dépassent les clivages anciens qui favorisaient les antagonismes de clochers.

Nos vins sont des messagers, ils sont porteurs de rêves d'évasion, vers nos pays où il fait bon vivre, vers nos pays racines de l'histoire de l'humanité , vers les hommes et le femmes qui ont conservé les habitudes de simple convivialité, celles que donnent la proximité permanente de la nature. Nos vignerons vendent de la communication, de la gastronomie, du plaisir, de la culture, de l'histoire, de beaux paysages , et de bons vins.

 

Commentaires

Un beau film que je vous encourage à faire connaître sur votre blog et à vos amis. Il parle plus qu'un long discours.

Commande de la Coopérative de CAP LEUCATE au réalisateur, mon ami Stéphane KOWALCZYK, une vraie communication mêlant témoignage sur la coopération viticole et sens artistique...

http://www.youtube.com/watch?v=BHrFz2M8SN0

Passez de Bonnes Fêtes et une Bonne Année 2012!

Écrit par : SIDOBRE | 28/12/2011

Les commentaires sont fermés.