UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/09/2010

La nature commande encore!!!

Incendies de cette fin d'été 2010


 

 

Le 30 août 2010, plusieurs feux de bois et garrigues Nord Est, Nord et Nord Ouest de Montpellier se sont déclarés presque simultanément, l'un est parti de Fontanès (Hérault), un autre de Saint Croix de Quintillargues, puis de Guzargues (Grand Dévès,) puis Juvignac, puis Villeveyrac, près de l'Abbaye de Valmagne. Le vent de secteur Nord Est soufflait en permanence depuis plusieurs jours, et comme l'été avait été très sec, pas de pluie depuis juin, la végétation n'attendait que l'étincelle pour s'embraser. Il y a eu plusieurs aides humaines au déclenchement des incendies, l'enquête menée par une commission de spécialistes de la gendarmerie, des eaux et forêts, des pompiers a démontré que 4 sur 5 des feux avait une origine certainement volontaire.

Les pompiers du SDIS (service départemental d'incendie) appelés sur tout le front ne pouvaient faire face à tous les développements, d'autant que les canadairs étaient occupés pour d'autres incendies dans la région de Cassis, dans l'après midi, devant l'importance du sinistre, un appel général a été lancé pour obtenir l'appoint de pompiers d'autres départements, quelques canadairs pouvant intervenir en fin de journée, mais ne pouvaient pas stopper l'avance des feux.

Depuis Fontanès à l'Est jusqu'à Villeveyrac et bientôt Mèze un front s'est formé et dès la nuit tombée, il avançait rapidement vers le sud poussé par le vent du secteur Nord. La nuit de 30 allait être très rude. Je me suis rendu à la tombée de la nuit chez mes enfants Pierre et Estelle au Mas de Périé à Assas, dans la partie centrale du front. Tous les occupants, employés ou locataires, du Mas étaient très inquiets, mes petits fils Antoine et Martin les premiers. Les flammes s'approchaient au Sud et au Nord, la colline garnie de pins en face de l'entrée de platanes conduisant au domaine, s'est tout à coup embrasée, des flammes montaient à 10 mètres de haut . Mon fils, insistait pour que je quitte les lieux rapidement, tant que toutes les voies n'étaient pas interdites. Le Lien, artère principale du secteur étant fermée par les gendarmes.

J'ai pris la route d'Assas encore ouverte et dans le village la petite route vers le sud et Teyran menacée par les flammes qui venaient de Guzargues, je passais rapidement et put atteindre l'échangeur du Lien encore ouvert vers le sud . Arrivé à Saint Brès mon domicile, j'appelai le Mas, ou Estelle m'apprit que l'ordre d'évacuer venait de leur parvenir, la commune d'Assas avait ouvert la salle municipale pour accueillir les populations des villages de Guzargues et ses écarts et tous les écarts d'Assas dont Périé. Les renforts de Pompiers demandés arrivaient progressivement certains de très loin, mais il faisait nuit noire, ils ne connaissaient rien au terrain, n'avaient pas de carte locale, mon fils Pierre s'est proposé pour les assister dans le secteur de Périé.

Le Lien aurait pu servir pour stopper les flammes venant de Guzargues, mais celles ci le franchissaient rapidement poussées par le vent de Nord Est entre l'échangeur de Guzargues et celui de Teyran . Par contre les renforts arrivés permettaient de bloquer l'avancée du feu venant à l'Est de la Trivalle avant le Lien, et aussi de bloquer celui du sud de Périé que la rénovation de la route venant d'Assas, très élargie et aux abords nettoyés.

Les bois au Nord de la Trivalle brulaient, et Justine, la fille des vignerons était seule au Domaine, ses parents étant en Belgique pour une opération commerciale, elle tentait d'arrêter des camions de Pompiers qui passaient sur cette route, pour qu'ils viennent à son secours sauver les bâtiments. Les flammes léchaient les murs, mais toute la végétation au sud du domaine et les bâtiments étaient enfin sauvée . Non loin de la Trivalle et près du Lien, un groupe de chasseurs avait créé un parc dans le bois pour y garder leurs chiens très nombreux, ils sont arrivés avec leurs remorques et ont eu juste le temps d'embarquer les animaux et de quitter les lieux avant que tout ne flambe.

Toute la nuit le front de feu s'étendait de Fontanès, puis Saint Bauzille de Montmel ou le village dut être évacué, Montaut surtout concerné par un vallon partant de la route de Saint Mathieu de Tréviers vers Guzargues, Saint Croix au village protégé par le vent du Nord mais dont les bois brulaient au sud, Guzargues, Assas menacé au sud, et le feu se dirigeait vers Teyran qui dût interrompre la fête locale. Mais le feu se développait vers Juvignac ou 2 appartements d'une maison de retraite étaient détruits et atteignait Montpellier vers Euromédecine ou 2 maisons étaient détruites. Le feu de Villeveyrac- Valmagne, se dirigeait rapidement vers l'autouroute A9 et le franchissait en face de la zone d'activité de Mèze (je n'ai pas encore compris comment ?) et attaquait les bâtiments de l'Entreprise vivicole Bessière, reprise par le Groupe Bonfils après de le décès de son créateur Daniel Bessière. Le cœur de l'entreprise est totalement détruit, je ne sais pas si le hall de stockage construit en pierre massives du Gard à résisté. J'avais bien connu Daniel et il était très attaché à son entreprise et je sais qu'il aurait été très atteint par cette perte. Un garage à coté de chez Bessière a aussi souffert de cet incendie, il a perdu tout son parc de véhicules et comme le bureau administratif a aussi disparu avec tous les documents , il peut difficilement établir le dossier pour les assurances.

Tous ces évènements se sont produits dans la nuit du 30 au 31 août, le PC de crise a été mis en place à Assas dans un lieu facilement accessible et où les hélicos pouvaient facilement atterrir et décoller. Un programme de lutte avait été établi et les contacts pris pour que dès le lever du jour les moyens aériens puissent intervenir rapidement. Dès le matin 10 canadairs entamaient leur rotation, très rapide, ils allaient écoper l'eau sur la côte de la méditerranée ou du bassin de Thau. Leur action coordonnée par l'hélico de commandement stationnée au dessus de la zone. C'est la totalité des moyens aériens français de lutte contre les incendies qui ont été mis en oeuvre, associés aux importants moyens terrestre, et à la tombée de la nuit on peut dire que la majorité des foyers étaient sous contrôle. Il y eut dans la nuit des reprises que les troupes au sol contenaient.

Près de 5000 hectares de bois et garrigues étaient détruits des bâtiments à Juvignac et Montpellier, des entreprises à Méze. Compte tenu de l'importance , du développement, et des conditions exceptionnelles de vulnérabilité au feu, les atteintes aux biens ont été limitées grâce à la mise en oeuvre de moyens très importants, à la coordination exemplaire réalisée par le service incendie du Conseil Général (SDIS). Il n'y a pas eu d'atteinte grave aux personnes. Bravo !!

Il reste maintenant à découvrir les acteurs de ces incendies qui semblaient coordonnés, dans la même après midi, au moins 6 départs de feu sur un territoire s'étendant sur près de 50 km, ce ne peut être l'acte isolé d'une seule personne.

On peut simplement regretter que l'épisode cèvennol (importantes pluies d'équinoxe) qui nous a apporté près de 90 mm d'eau en 2 jours sur la zone concernée par les incendies , ne se soit pas produit quelques jours plus tôt, mais l'homme propose et la nature dispose !!

 

Jean Clavel

 

Commentaires

Sympa ici !

:)

Écrit par : conseil en marketing | 23/07/2012

Les commentaires sont fermés.