UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/06/2010

Vin, santé, et Honneur du Vin

Quelques informations sur les évènements récents, en particulier sur la séance décentralisée de l'Académie Nationale de Médecine, qui s'est tenue à Montpellier le 14 juin dans la salle Rabelais, dont l'un des thèmes était vin et santé , sous l'autorité et l'intervention du Professeur Nordmann, qui est également membre du Conseil de la Modération dont Jean-Charles Tastavy fait partie.

Pour avoir des informations sur le Conseil de la modération, Composition des 4 collèges, les dossiers de Vitisphère, sont une bonne approche . En 3° l'article du Figaro du Professeur Nordmann

1°) http://www.vitisphere.com/dossier.php?id_intertitre=51627....

2°) http://www.vitisphere.com/blogs/media/blogs/blog//PV08040...

3°) http://www.lefigaro.fr/sante/2010/05/16/01004-20100516ARTFIG00238-pourquoi-l-alcool-est-il-une-cause-majeure-de-cancers.php


 

Amis d'Honneur du vin , chers adhérents


Le professeur Nordmann a donné, de façon détaillée, dans Le Figaro du 16/05/2010 son opinion sur l'alcoolisme en général, mettant au même niveau de risque toutes les boissons alcoolisées, il conforte la position des anti vin du ministère de la santé et de ses satellites , en particulier sur la critique du concept de « modération »: tout consommateur modéré est une personne qui risque en permanence de sombrer dans l'abus.

Il pratique le principe de « Léderman » qui structure la politique mise en oeuvre par le ministère de la santé et doit concerner en premier lieu, le vin qui selon ses détracteur apporte à la société française, la plus importante quantité d'alcool des boissons alcoolisées. L'action anti-alcoolique doit s'adresser en premier temps aux consommateurs modérés qui constituent le plus grand nombre, ce qui statistiquement donne les meilleurs résultats. Après une longue période d'une trentaine d'années d'action anti-vin continue, la structure de consommation modérée et quotidienne de vin a été détruite et a conduit a une réduction de consommation de vin de plus de 50%. Mais l'alcoolisme n'a pas diminué pour autant en France. L'importation de volumes de plus en plus significatifs d'alcool de grains, d'agave, de pomme de terre ou autres, sont consommés le plus souvent en fin de semaine, fréquemment par des jeunes qui reprennent des habitudes anglo-saxonnes d'alcoolisations brutales, très dangereuses à tous les points de vue.

Roger Nordmann, a fait , dans son intervention à la session décentralisée de l'Académie de Médecine, une synthèse assez brève de son article dans le Figaro, le vin source de plaisir et de nuisance, l'alcool une molécule extraordinaire qui est aussi un toxique puissant, les effets positifs du vin sont en réalité très faibles et les dangers de sa consommation bien réels , l'addiction est rapidement présente. Son intervention m'a semblé faible, peu crédible d'un homme âgé et dépassé, par rapport a des interventions brillantes comme celle de JM Bourre qui l'a précédé. Il a par ailleurs insisté la nécessité de parler des Unités d'alcool plus que des équivalents en verre. Il a présent la courbe en J mais en signalant qu'il ne fallait pas pousser les non-consommateurs à boire car ils pourraient rapidement devenir dépendant. De façon -presque claire !- pour lui, le vin est avant tout un produit à risque.

Luc Letenneur a parlé de l'Étude PAQUID qui montre les effets très positifs d'une consommation modérée de vin, sachant que la modération a des définitions différentes selon les pays. Étude sur démence et Alzheimer qui démontre des effets trés positifs de la consommation de vin, en ce qui concerne ces pathologies.

 

FB Michel a donné en quelques minutes la valeur culturelle du vin, à consommer si on prend du plaisir. Il a fait l'éloge des vins BIO en indiquant que les autres vins pouvaient être mauvais pour la santé car contenant des pesticides

Étant averti des risques d'une information négative sur la consommation du vin, nous avons convenu de nous retrouver à 4 adhérents d'Honneur du Vin , Bernard Giral, Médecin Généraliste en Provence, Olivier Oulès directeur d'organisme viticole en Provence également, Michel Rémondat de Vistiphère, et Jean Clavel , Jean Charles Tastavy ayant un empêchement n'a pu participer.

Bernard Giral avait obtenu des organisateurs, un temps limité d'intervention en fin de séance, et grâce à l'amicale complicité du professeur François-Bernard Michel, membre de l'Académie Nationale de Médecine, qui a fortement limité son temps de parole dans le domaine de Vin et Santé, il a pu développer son argumentaire aidé par une présentation de diaporama. Il a ainsi démontré que la réduction très importante de la consommation de vin en France, n'avait pas eu d'influence sur les pathologie alcooliques et l'alcoolisme en général, ce qui démontre que ce n'est pas le vin qui est cause de la prévalence de ces addiction alcooliques, qui persistent en dépit de l'action des ligues anti alcooliques, dont l'inefficacité est démontrée, malgré les crédits très importants dont elles bénéficient des collectivités nationales et locales.

Ses propos sur le vin, confiés après cette conférence, dont il a sauvé la conclusion, sont éclairant sur sa motivation:

« Il faut bien se rendre à l'idée que le Vin, est un des pivots de l'Homme total en équilibre dans son environnement global, c'est le symbole de l'indéfectible lien de l'Homme à la terre qui l'a généré, le nourrit et le recevra. Certes il y a l'économie, la survie et la valorisation de la filière, et c'est évidemment l'essentiel de nos préoccupations existentielles. Nous, responsables et/ou défenseurs de la cause du Vin : viticulteurs & co, et médecins (pas tous !!!), ne pouvons faire l'économie d'une union sacrée dans la défense du vin, quelles que soient nos divergences d'opinion sur les conduites à tenir.

... et précisément, l'édifice de la connaissance et des arguments de la reconnaissance des vertus du Vin, de son innocuité et de ses capacités à éduquer au bon usage de l'alcool, tout cela nous devons nous l'approprier de manière inter associative. C'est le gage de notre indépendance à la base et de notre union sommitale autour de la référence. »

_______________________________

Une information annexe, mais importante qui ne concerne pas directement la conférence sus indiquée, mais est liée aux informations diffusées par le réseau INRA Nacre, s'appuyant, en principe, sur les études internationales de WCRF mais les adaptant au contexte français; c'est dans le texte!!!!


http://www.inra.fr/reseau-nacre/sci-memb/corpert/recofr.h...

Il s'agit d'un réseau d'enseignement s'appuyant sur INRA-NACRE et sur l'école vétérinaire de Toulouse en vue d'un Master de nutrition humaine .


L' auteur du site et de la base de donnée enseigne la nutrition humaine et la sécurité sanitaire des aliments à l'Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse (ENVT) et l'école doctorale SEVAB , filère sécurité des aliments. Son laboratoire, l'UMR Xénobiotiques, fait partie de l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA). Son équipe de recherche "Aliments & Cancer" est membre du réseau National Alimentation Cancer Recherche, NACRe, qui héberge cette page.

 


Recommandations nutritionnelles pour la prévention primaire des cancers adaptées au contexte français

 

  • Activité physique

  • Fruits et légumes

  • Allaitement

  • Boissons alcoolisées

  • Surpoids et obésité

  • Viandes rouges et charcuteries

  • Sel et aliments salés

  • Compléments alimentaires à base de bêta-carotène


WCRF/AICR 2007 - Les huit (+2) recommandations ci-dessous sont tirées du rapport 2007 WCRF/AICR cités en haut de cette page, et destinées à l'ensemble des pays du monde. Pour la France, préférez les recommandations adaptées au contexte français du PNNS-INCa-NACRe
  • 1. Soyez aussi mince que possible (tout en évitant une maigreur excessive)
  • 2. Pratiquez une activité physique (au moins trente minutes par jour)
  • 3. Limitez la consommation d’aliments à forte densité calorique (notamment les produits très sucrés, très gras ou pauvres en fibres). Évitez les boissons sucrées
  • 4. Augmentez votre consommation de légumes, fruits, céréales complètes et légumes secs, et variez-les
  • 5. Limitez la consommation de viande rouge (boeuf, porc, agneau) et évitez la charcuterie
  • 6. En cas de consommation d’alcool, se limiter à un verre par jour pour les femmes, deux pour les hommes
  • 7. Limitez la consommation d’aliments salés (sodium). Jetez les aliments moisis (noix, arachides, céréales)
  • 8. Ne prenez pas de compléments alimentaires (vitamines, minéraux ou autres) pour vous protéger du cancer.
    Qui croire et que comprendre de ces deux interprétations d'études dites « scientifiques »
L'ensemble des habitants des pays du monde doit respecter en vue d'une meilleure santé, 8 indications précises, en 3° limiter la consommation d'aliments...(type fast Food, c'est moi qui précise) et éviter les boissons sucrée,
en 6° limiter les boissons alcoolisée, 1 verre par jour pour les femmes, 2 pour les hommes.
Mais pour la France: en 4° éviter les boissons alcoolisées (il faut chercher dans les textes de NACRE la précision « éviter », mais aucune mention sur les boissons sucrées, aucune mention sur les aliments type fast food.
http://www.inra2014.fr/uploads/Depeche-AFP-du-17_02_2009.pdf
Y aurait-il des intérêts partagés, de l'INRA-NACRE avec les industriels du sucre et des boissons sucrées et les enseignes de Fast Food ?? Un ouvrage publié aux USA « Toxic-Food » d'un journaliste français vivant aux State, édité aussi en France chez Flammarion, précise que des rapprochement étonnants ont été constatés aux USA et en France avec une directrice de recherche nutritionniste connue de l'INRA et qu'une organisation de consommateurs américains , l'avait poursuivie pour confusion entre sa fonction de recherche en nutrition et sa collaboration avec un syndicat regroupant les producteurs de sodas et boissons sucrée dont Coca-Cola et Pepsi-Cola. Mais cette personne figure aussi, sans sa référence INRA, dans la liste des personne apportant leur caution à Mac Do. !!!
http://www.mcdepk.com/balancedlifestyles/downloads/gac_fact_sheet.pdf
Il serait temps que l'on demande des précisions sur tous ces faits à la directrice générale de l'INRA, organisme qui comporte des représentants de la profession viticole.


Ce texte d'actualité, destiné aux adhérents d'Honneur du Vin, est écrit à la demande de Jean-Charles Tastavy par Jean Clavel, révisé et complété, pour la partie « Conférence Académie de médecine » par Olivier Oulès. 25/06/2010

 

Les commentaires sont fermés.