UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/10/2009

ARC et défense du vin

Monsieur Jacques Raynaud

Président de l’Association pour la Recherche sur le Cancer (ARC)

9, rue Guy Môquet, 94800 Villejuif

 

 

 

Monsieur le Président,

 

Vous avez fait paraître sur votre site WEB un communiqué, dont la première phrase est : Un verre de vin consommé chaque jour à table, augmente significativement le risque de cancer. Votre association était pourtant présente lors de la dernière séance de vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune et je crois savoir que êtes parmi les bénéficiaires des résultats de ces ventes faites a destination d’associations d’utilité publiques. Dans ces conditions comment pouvez vous affirmer une telle énormité !!!

 Le développement de cette terrible affection que constitue le cancer, favorisé par l’allongement de la durée de vie humaine, est reconnu par toute la population. Toute initiative susceptible de contribuer à mieux connaître les causes des cancers et les moyens de lutte, mission des acteurs scientifiques  doit être soutenu, pour peu toutefois qu'elle soit en réelle conformité avec l'état de la recherche et des synthèses internationales, telles que celle du World Cancer Resarch Fund (WCRF). Le sérieux en la matière s'impose.

Notre association a participé à un débat, entraîné par les initiatives de l’Institut National du Cancer soutenues par une conférence de presse au ministère de la Santé le 17/02/2009, laquelle a précisé les conditions d’élaboration des documents présentés, dont la base scientifique serait le rapport détaillé de ce fonds mondial publié en 1997: « Alimentation, Nutrition, Activité Physique et Prévention du Cancer : une Perspective

Mondiale »  et remis à jour en novembre 2007.

       Une controverse, alimentée aussi, par des Professeurs de médecine spécialistes de la nutrition et d’autres spécialités, et des médecins alcoologues,  s’est développée mettant en cause l’utilisation par l’INCa, des conclusions du rapport WCRF 2007, de façon qui semble peu conforme à l’éthique scientifique.

         A la suite d’une conférence de presse  cours de laquelle il a été déclaré que le premier verre de vin consommé augmentait les risques de cancer du consommateur dans les proportions très importantes, par exemple + 168% de cancer VADS, nous sommes intervenus auprès du Ministre de la Santé, qui a saisi le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) lui demandant son avis sur les recommandations de l’INCa.  Le HCSP  vient de produire un rapport publié le 1 juillet 2009, qui précise que les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) concernant les consommations de boissons alcoolisées, doivent être considérées comme toujours fondées, au plan scientifique, et qu’elles ne peuvent dans ces conditions être remise en cause.

 

http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapports?ae=avisrapports&menu=09 

 

           Dans ces conditions, nous vous serions très reconnaissant de publier un communiqué de presse indiquant l’existence du rapport du HPSC qui confirme les recommandations de l’OMS en matière de consommation maximum de boissons alcoolisées, dont le vin, soit 3 verres par jour pour les hommes et 2 verres par jour pour les femmes, assorti d’un jour d’abstinence totale par semaine, étant bien entendu que les personnes ne consommant aucune boisson alcoolisée, doivent persister dans leur absence de consommation de ces types de boissons.        

  Vous pourriez également, ajouter quelques considérations du rapport mondial de WCRF :

 

1°-La consommation de certaines denrées et boissons sont considérées, dans le rapport mondial ( lien internet ci après) comme à « éviter » , c'est notamment le cas des boissons sucrées (sauf jus de fruits à « limiter »). A « éviter » aussi, la restauration rapide, source de déséquilibre alimentaire,  les plats préparés, la charcuterie. Ces recommandations sont  placées dans le rapport mondial, en priorité, avant celles concernant les boissons alcoolisées, ce que le rapport de l’INCa a « oublié » de préciser.

2°- Les boissons alcoolisées, signalées dans le rapport mondial, sont placées dans la catégorie «à limiter » dans les conditions fixées par l’OMS.

   

 

http://www.fmrc.fr/PDFs/french_summary_5Nov07.pdf

 

L’un de nos amis qui a exercé dans le passé une responsabilité dans votre association, écrivait il y a quelques jours : Le Cancer est un mal trop sérieux pour que la lutte menée contre toutes ses formes tombe dans une communication faisant la part belle au sensationnel, à la mise en avant d’interdits d’un autre âge. C’est faire injure au sens des responsabilités de nos compatriotes. C’est nous transformer en un troupeau triste et soumis. D’ailleurs, lors du déjeuner qui succédait aux AG de l’ARC, où je participais en tant que censeur de l’association, il y avait du vin servi au buffet. Nous étions dans le domaine de la raison et non dans celui du slogan.

 

 Jean Charles Tastavy et Jean Clavel

Les commentaires sont fermés.