UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/01/2009

Millésime Bio

Millésime BIO :
plus de 300 exposants au seul salon mondial des vins bio

Organisé par l'Association Interprofessionnelle des Vins Biologiques du Languedoc-Roussillon (AIVB-LR), ce salon, réservé aux professionnels du vin accueillera plus de 300 exposants. Il s’agit de vignerons et metteurs en marché, qui proposent des vins issus de l’agriculture biologique de France, d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie, du Portugal, du Royaume-Uni, de Roumanie et d’Afrique du Sud.

Soucieux de lui conserver un caractère convivial et chaleureux, les organisateurs ont choisi de limiter le nombre d'exposants et d'agencer les stands sur le même mode : une simple table nappée de blanc, seul le vin et son vigneron font la différence !

Au programme du Salon Millésime Bio 2009 :

Lundi 26 de 10h-19h, mardi 27 de 9h30-19h et mercredi 28 janvier de 9h30-17h : dégustations aux différents stands, rencontres avec les vignerons.

Lundi 26 janvier :
- à 17h : Inauguration officielle du salon en présence des représentants du Conseil Régional Languedoc Roussillon, du Conseil Général de l’Hérault, de la Mairie et de la Communauté d’Agglomération de Montpellier.
- à 20h30 : Soirée des Vignerons (lieu : Domaine de Verchant, Castelnau-le-Lez), à laquelle participent les exposants et leurs invités.

Mardi 27 janvier :
- 9h00 : salle de conférence entrée du hall 12 : conférence « Les vins bio aux USA » (Ubifrance USA).
- 10h30 : salle de conférence entrée du hall 12 : rencontres professionnelles « L’avenir de la viticulture biologique » (avec l’Agence BIO).
- 12h30 : Remise des trophées du Concours Challenge Millésime Bio 2009.

Tous les jours à l'heure du déjeuner, buffet de produits bio.

L’œnothèque : un espace dégustation en libre-service

Afin de permettre aux visiteurs et journalistes professionnels de découvrir un produit d'appel de chaque exposant, un espace dégustation en libre-service est aménagé dans l’enceinte du salon. Il est également possible d’y déguster les vins primés au concours Challenge Millésime Bio 2009.

La 16ème édition du salon Millésime Bio, se tiendra au Parc des Expositions de Montpellier du lundi 26 au mercredi 28 janvier 2009.

Tendance:

Pierre Clavel enfonce le clou de la viticulture durable


Le développement durable, dans un souci de préservation du milieu et de productions alimentaires de qualité, devrait couler de source dans le monde agricole. Hélas, on est loin du compte, jusque dans le paysage viticole où la problématique des pesticides fait craindre un séisme. Heureusement, la réaction s'organise. Déjà, le Languedoc est devenu la première région viticole bio de France . Mais le développement durable, c'est aussi, tout à la fois, quelques brebis pour débroussailler, un toit couvert de panneaux photovoltaïques, un chai climatisé naturellement ou la décision de ne pas exporter ses vins au bout du monde. Pierre Clavel, viticulteur près de Montpellier, fait part de son expérience.

Certains font du développement durable à la mode de Monsieur Jourdain,

d'autres qui naguère s'en souciaient comme d'une guigne essaient aujourd'hui de s'afficher en premiers de la classe. Pierre Clavel, vigneron au nord de Montpellier, est plutôt de ceux qui préfèrent cultiver la cohérence dans le but de récolter l'harmonie. Cette exigence ne peut que conduire loin, très loin même, sur cette voie du développement durable que le monde agricole ne fut pas toujours si pressé d'emprunter. Remplacer une débroussailleuse par une demi-douzaine de moutons de race Bizet fut un des premiers actes de foi de ce fils de la terre, Audois d'origine et descendant d'une des grandes figures de la profession, Jean Clavel, fondateur et ex-directeur des Coteaux du Languedoc.

Au Mas de Périé, entre Assas et Sainte-Croix-de-Quintillargues, les brebis de Pierre Clavel ne font pas que nettoyer les rangs de vignes et les garrigues attenantes. « Elles rythment le lieu, le rendent esthétique et vivant. Mon oreille est habituée aux sonnailles ; pour moi, c'est fondamental ! » Cette approche poétique, quasi biblique, pourrait n'être qu'anecdotique si elle ne dépassait pas le stade décoratif. Or, c'est bien dans le XXI e siècle et dans le souci de l'avenir que se situe Pierre Clavel quand il s'organise pour récupérer et faire traiter les eaux usées de son exploitation. Dans le domaine du développement durable, c'est du basique, tout comme le chauffage solaire de l'habitation principale.

En revanche, le jour où ce défricheur se voit contraint de refaire 420 m 2 de toiture, il cherche « à le faire intelligemment ». Voilà comment avec foi et persévérance naît l'un des premiers projets photovoltaïques créé par un particulier en Languedoc ! Il arrive au bon moment quand EDF est incité à racheter l'électricité photovoltaïque au tarif majoré de 55 centimes, et que la Région, avec l'Ademe et la Drire, décide d'aider la filière. Jean Clavel trouve aussi des partenaires motivés chez BP Solar, installateur de panneaux à Saint- Mathieu-de-Tréviers, et du Savoyard Clipsol. Résultat : le domaine est en quasi autosuffisance énergétique, avec l'objectif de le devenir vite entièrement.

« Ma volonté est de produire ce que je consomme, tout en ayant toujours à l'idée de réduire ma consommation. » Dans cette logique, Pierre Clavel a conçu et réalisé un chai de vieillissement enterré dont la climatisation et la ventilation sont assurées par un système de puits canadiens : ses précieux vins rouges issus de raisins récoltés pour la plupart sur le terroir de la Méjanelles, à Montpellier et Lavérune, vivent dans un air naturel entre 12°C et 17°C selon les saisons. « Ils sont à l'aise et pour les rendre plus heureux, je leur passe de la musique... » Poésie encore ! Et cohérence toujours quand il s'agit de sauter le pas – « J'ai longtemps hésité car j'avais la trouille de ne pas savoir faire » – vers la culture biologique. Les Clavel 2009 seront labellisés bio « parce c'est ma conviction ». Cette conviction qui le conduit aussi à prendre le risque de revoir son approche commerciale afin d'éviter à ses vins de trop longs tran sports générateurs de carbone. « Je souhaite réduire mes exportations en général et les plus lointaines, comme la Nouvelle-Zélande, en particulier. Je préfère privilégier les marchés de proximité. » Encore un coin enfoncé au coeur de certitudes bien rodées. Normal, en Languedocien un clavel est un clou !


Patrick NAPPEZ

04/01/2009

2008 ? qu'attendre de 2009 ????

Crise financière et économique (Propos 2)

 

Je pense à toutes ces familles qui sont victimes des licenciements entraînés par la brutale chute des ventes de l’immobilier, des voitures et des biens de consommation, victimes aussi de la cessation d’activités individuelles, de la nécessaire réduction des dépenses familiales et  le développement de l’épargne de précaution, des pertes réelles ou virtuelles dues l’érosion des valeurs boursières ou d’entreprises, de l’externalisation des activités vers des pays à faible coût. La croissance des demandes d’aide à l’ANPE, n’est qu’un indicateur partiel du malaise de notre société bien fragile,  car fondée sur les achats d’impulsion provoqués par la publicité et financés par le crédit. La création constante de besoins nouveaux des individus par la communication est peut être arrivée à son terme.

A lire l'excellent papier de Paul Jorion sur son blog, il est l'un des intellectuels qui a prévu et décrit les aspects et conséquences de la crise mondiale actuelle

L’ENA-hors-les-murs, janvier 2009

Publié par Paul Jorion dans Economie, Matières premières, Monde financier, Subprime

L’année de la crise : et ce qui devait arriver arriva… http://www.pauljorion.com/blog/?p=1377#comments

Extraits :

Le processus qui se dessinait à la fin de l’année 2007 a hélas poursuivi la marche inexorable qui semblait devoir être la sienne et le tableau qui doit être dressé un an plus tard s’apparente à celui d’un film catastrophe du pire acabit.

Le bilan de l’année écoulée est en effet accablant : les bourses mondiales ont perdu en un an 40 % ou plus de leur valeur. Wall Street telle que nous la connaissions a disparu : Bear Stearns est mort en mars, absorbé par la banque commerciale J.P. Morgan Chase, Lehman Brothers en septembre et Merrill Lynch fut absorbé lui le même jour par une autre banque commerciale, Bank of America. Pour échapper au même sort, les deux banques d’investissement survivantes, Goldman Sachs et Morgan Stanley, se métamorphosèrent en banques commerciales. Deux des principaux établissements financiers américains ont également été engloutis : Wachovia, la 5e banque commerciale rachetée par Wells Fargo, le No 3, et Washington Mutual, qui fut la première caisse d’épargne du pays, rachetée comme Bear Stearns par J.P. Morgan Chase. La finance américaine qui régnait avec superbe sur le monde en est réduite à la partie congrue tant pour son influence que pour sa taille, ayant perdu 350.000 employés en un an. .........................;

.........................;Mr. Sarkozy, en locomotive de la contestation de la position dominante du dollar, position contestée en raison de la perte d’influence des États–Unis et de la responsabilité de ceux-ci dans le déclenchement de la crise, réussit à faire se tenir une réunion du G-20 qui cherchait à se présenter comme l’équivalent d’un Bretton Woods II, du nom de la réunion qui s’était tenue dans cette localité du New Hampshire en 1944 et qui avait alors créé un ordre monétaire mondial fondé sur le dollar, ancré lui à l’or. La réunion ne fut cependant qu’un pétard mouillé, réaffirmant de manière incantatoire le caractère intangible de la logique de marché et de la propriété privée comme fondements de l’ordre financier mondial et se contentant de prôner la mise en œuvre de règles prudentielles déjà existantes mais dont le climat de laissez-faire instauré par l’ultralibéralisme des trente dernières années avait suspendu l’application effective. 

 

11:19 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)