UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2008

Réforme des AOC

 

Questions  de forme et questions de fond :

 

 

Midi Libre du 21/01/2008 a produit un bon dossier  consacré à la réforme du fonctionnement des vins à Appellations Contrôlées en France.  C’est de la bonne information, grâce à elle nous savons qu’il existe une OI, en Languedoc Roussillon, et que son Président est connu des journalistes. Mais comme le sujet est très complexe, et que ce dossier s’adresse au grand public, il est  forcément incomplet. Cette réforme est pour l’instant, comme le titre de l’article l’indique, en cours d’application aux AOC de la région. Mais elle va concerner rapidement les Vins de Pays, et en particulier les Vins de Pays d’Oc, leaders français des vins de cépage et des vins exportés. La grande majorité des vignerons du Languedoc Roussillon est concernée à un titre où a un autre.

Pour la forme :

 Qui a décidé de créer un Organisme d’inspection pour les AOC du Languedoc Roussillon, quelle est sa forme juridique, son mode de fonctionnement, son budget, sa fonction ? Qui a élu Marc Parcé  à sa présidence ? Quelles personnes, non mandatées, ont accepté sans scrupule ou état d’âme, la transformation des syndicats sans demander l’avis des assemblées générales délibératives, l’adhésion obligatoire, toutes choses qui sont contraires à leurs statuts, et à la loi 1884 sur les syndicats. Il eut fallu au moins respecter la forme délibérative et démocratique pour décider ces orientations. Les vignerons de base, ceux qui payent les cotisations aux organismes, apparemment décideurs, sont dans l’ignorance totale de ces questions.

Pour le fond :

L’objectif affiché de ce  bouleversement structurel, est de donner une meilleure image aux vins AOC français, en fiabilisant le processus d’agrément des vins, la seule dégustation d’agrément étant jugée insuffisante pour cela. Est elle insuffisante pour les grands crus Bordelais ou Bourguignons, pour les Champagnes qui ne se sont jamais aussi bien vendus en volume et en prix, dans le monde ?

Pourquoi ne pas avoir engagé un audit du fonctionnement des systèmes d’agrément en usage dans les divers syndicats AOC français, on se serait alors rendu compte de la diversité des situations, des fonctionnements très sérieux de certains, et des approximations d’autres.   

J’ai mis en place dès 1976, pour les Coteaux du Languedoc, un système de prélèvement fiable et en double anonymat des échantillons, permettant des analyses physico-chimiques anonymes systématiques dans plusieurs laboratoires, dont les œnologues ignorent la provenance, et des dégustations organoleptiques, avec des dégustateurs agréés, dans une cadre technologique qui a servi d’exemple à de nombreux syndicats. Ces dégustations ont permis d’étalonner les résultats qualitatifs de chaque cave, de chaque producteur, et aux œnologues du syndicat  d’apporter des conseils éclairés orientant la qualité finale des produits vers une amélioration de l’ensemble des vins de l’appellation qui est reconnue de façon unanime. L’orientation des encépagements en fonction des critères de sol, d’alimentation en eau de la vigne en période de sécheresse, des orientations et de la situation des parcelles ont complété les résultats

            En quoi l’OI, dans un cadre technocratique, contrôlant de façon normative, tout le processus depuis la vigne, la cave, l’élevage, le conditionnement, et vérifiant moins de 20% des bouteilles à la consommation, va améliorer  l’image des vins AOC ?

Une analyse plus complète de la problématique réglementaire viticole française, dans le contexte de l’OCM vin européenne, et dans celui de l’OMC , ( Organisation Mondiale du Commerce) de Genève, sera dans mon livre « Mondialisation des vins » au éditions Féret à Bordeaux présenté à Vinisud le 19/02/2008 , Parc des Exposition de Montpellier.

 

Jean Clavel 22/01/2008

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.