UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/06/2007

actualité des commémorations de 1907 (suite)

Gloire au 17° et La Vigneronne,

 

1907 Les Mutins de la République de Rémy Pech et Jules Maurin

 

1907 Vendanges amères DVD

 

Les Estivales 2007

 

 

Nous avons enregistré à Coursan, le 19 avril dernier avec notre chœur occitan Lo Cocut de Clapier , ( Sud Vidéo Production de Perpignan), Gloire au 17° et La Vigneronne .. On ne présente plus Gloire au 17° que beaucoup connaissent. Montehus, chansonnier parisien a écrit ce morceau après les évènements et a pris des distances avec la vérité historique Il est né à Paris, en 1872, il s'appelait Gaston Mordachée Brunschwig,  était l'aîné d'une famille de 22 enfants,  a débuté dans la chanson à 12 ans (sous le nom de Montéhus, ) il publia sa première chanson, Au camarade du 153e, en 1897, à Châlons-sur-Marne et  fut admis à la S.A.C.E.M. en 1904 en soumettant Du pain ou du plomb.   Il devint presque mondialement connu grâce à  Gloire au 17°. Etienne notre « capdecor » al Cocut ne l’aime pas, car après avoir écrit Gloire au 17° qui le classait parmi  les antimilitaristes, les syndicalistes, et tout le prolétariat, il a chanté ensuite entre 1914 et 1918 la gloire des généraux acteurs des massacres historiques du Chemin des Dames et autres charniers qui font les listes des monuments aux morts. dans nos villages.

 

La Vigneronne c’est autre chose, plus enraciné dans notre histoire locale de 1907. A cette époque, le languedocien aime l’Opéra et chante les airs à la mode. Marcelin Albert est vigneron, cafetier à l’occasion mais aussi, animateur de troupe théâtrale locale et acteur, c’est un homme de communication. Il a demandé à ses amis du  Bureau de défense viticole d’Argeliès, qui ont une certaine culture, le docteur Senty et le pharmacien Blanc de composer un chant qui sera le symbole de leur action. Ils prennent la mélodie à la mode, de l’Opéra de Halévy, le Dauphin Charles VII, et son Chant de Guerre et y mettent des paroles de circonstance. Les 87 d’Argeliès  font leur première manif à Narbonne le 11 mars 1907, à l’occasion de la réception de la commission d’enquête parlementaire conduite par le député de Gironde Cazeaux-Cazalet. Ils font le tour de ville avec leurs tambours et clairons  et chantent La Vigneronne. Elle sera leur chant de ralliement .Nous avions le texte, mais pas la musique. A partir d’une partition de l’Opéra de Halévy, grâce au travail entre autres, de Jacques Dainat des Cocuts et d’un programme informatique, nous avons ajusté les notes de la mélodie aux paroles.

 

Pour ceux que cela intéresse, je peux transférer par mail en MP3 ces 2 chants de 1907 enregistré par le Cocut, Il suffit de communiquer  la demande, en indiquant votre mail.

Le dernier livre de Rémy Pech et de Jules Maurin , « 1907 Les mutins de la République » fait le point sur la connaissance plus approfondie que nous avons actuellement de l’épisode de la mutinerie du 17° et de ses suite. On connaît bien la compétence de l’Historien de 1907 Rémy Pech, ancien président de l’Université de Toulouse Le Mirail, on sait moins que Jules Maurin , professeur d’Histoire contemporaine et ancien président de l’Université Paul Valéry à Montpellier, est un spécialiste de l’histoire de l’Armée française sous la 3° République. On connaissait un certain nombre d’écrits de militaires du 17° envoyés à Gafsa, il y en eut bien d’autres confisqués à leur démobilisation et que l’on n’a pas encore retrouvés, ils sont peut être enfouis dans les archives militaires au fort de Vincennes ou ailleurs. Un de ces écrits a une grande valeur et a été mis a jour récemment, grâce à M. Cellier de Sussargues, qui, a la suite d’un avis de recherche de documents de 1907 que j’avais fait paraître dans le magazine du département de l’Hérault, m’a fait parvenir la copie d’un cahier passionnant par son contenu mais  devenu anonyme par suite de la disparition de la couverture. Il s’agissait du principal organisateur de la mutinerie, caporal sapeur du régiment qui , entre autres choses, décrit dans le détail le déplacement du régiment à Béziers, le 20 juin 1907,  la journée du 21, le déplacement du régiment à Gap les 23 et 24 juin et le départ pour Gafsa le 25 juin. Constatant la valeur du contenu, j’ai diffusé cette copie à ceux que ça intéresserait, en particulier aux historiens Jean Sagnes et Rémy Pech, mais aussi à des descendants de mutins avec qui je corresponds. Il se trouve que certains de ces correspondants se sont en quelque sorte approprié  ce document et ont engagé une polémique à mon sujet et ont tenté de me déconsidérer auprès de mes relations sur 1907. Jr n’ai pas encore compris les raisons de cette attitude. J’ai fait des recherches pour retrouver le nom du caporal sapeur, et après quelques fausses pistes j’en étais arrivé à Joseph Fondecave, qui s’est révélé être le bon mutin, principal organisateur de la rébellion du 17°. Il semblerait que l’original de ce  document a été remis par Joseph Fondecave qui a habité presque toute sa vie à Bélarga, au bureau du Parti communiste de Béziers qui n’avait pas souhaité le publier ? La famille Fondecave était originaire des PO et gérait la centrale électrique de Capestang. Il n’y avait encore que des réseaux locaux avec une production d’électricité dispersée. Au début du 20° siècle, ceux qui maîtrisaient l’électricité étaient peu nombreux, et c’était en général des personnes cultivées et techniciennes averties. C’est l’explication de la maîtrise de l’expression écrite de Joseph Fondecave. Il y avait plusieurs frères Fondecave avec le père, et une de leur descendante, Mme Pigassou habite toujours Capestang et m’a proposé de me montrer le bâtiment qui abritait la centrale électrique.

On peut découvrir l’écrit complet de Joseph Fondecave dans le livre de Rémy Pech et Jules Maurin  qui vient de paraître aux éditions Privat à Toulouse.

Le DVD, « 1907 Vendanges Amères » a été réalisé par Sud Vidéo Production de Perpignan www.sudviseoprod.com  à la demande de APVR promotion des vins du Roussillon,

Il s’agit d’un film de 25 minutes, ayant pour base les évènements de 1907 principalement dans les PO, mais pas seulement, réalisé  avec l’objectif de mettre en valeur les vins des Pyrénées Orientales. J’ai participé avec Jean Sagnes et quelques autres à cette réalisation qui a été présenté à Perpignan et à Paris pour célébrer la Saint-Bacchus 2007.

Les Estivales de Montpellier, (Esplanade) rencontre vigneronne tous les vendredi soir en juillet et en août,  (sauf le 20 juillet, passage du tour de France), inauguration le 6 juillet. Les producteurs des Coteaux du Languedoc présentent leurs vins, les font déguster, il y a aussi des bouquinistes,  une animation musicale, des tapas, une animation culturelle dans la salle Rabelais,  c’est un grand succès, (plus de 4000 dégustateurs par soirée) pour les habitants du grand Montpellier et les touristes. Le 27 juillet j’anime une soirée 1907 dans la salle Rabelais, il y aura un diaporama sur la chronologie des évènements, la Vigneronne et Gloire au 17° par Lo Cocut et je présenterai principalement la manif de Montpellier, son organisation par le Comité d’Argeliès. Il y aura ensuite un débat sur la viticulture 1907/2007.

Venez aux Estivales, c’est à voir !!!

A suivre

Jean Clavel 27/06/2007

 

 

19/06/2007

Alcoolisme et vin

A l’attention des députés élus le 17 juin 2007

 

Place du vin dans la lutte contre l’alcoolisme :

 

 

La consommation du vin par la population française n’a cessé de se réduire depuis 40 ans, et le vin ne peut plus être considéré comme l’un des facteurs important de l’alcoolisme de notre pays, ce qu’il a été dans le passé.

La consommation d’alcool en France diminue régulièrement depuis 40 ans, essentiellement en raison d’une importante baisse de la consommation de vin. Entre 1961 et 2003, la consommation d’alcool a diminué de 47,5%, passant de 17,7 à 9,3 litres d’alcool pur par an et par habitant. Dans le même temps, la consommation de vin a baissé de plus de moitié, passant de 126,1 à moins de 50 litres de vin par an et par habitant. La part des dépenses consacrées aux boissons alcoolisées dans le budget alimentaire des ménages est passée de 12,4% en 1960 à 8,9% en 2002 [Insee]          

La seule diminution naturelle de la consommation de vin en France est largement suffisante pour satisfaire aux objectifs des vrais professionnels de la santé et il n'est nul besoin d'agresser et de culpabiliser les actifs de diverses branches professionnelles qui contribuent au bon équilibre de la balance commerciale de la France, participent à la création de nombreux emplois. Si la France est l'une des premières destinations touristiques du monde, elle le doit à la qualité de sa gastronomie et de ses vins, à la diversité de ses paysages protégés souvent par la vigne, à son patrimoine architectural lié souvent à la viticulture, et à la vertu de son accueil dans lequel le vin est très présent. Le vin est la boisson habituelle et quotidienne des populations européennes depuis au moins 2500 ans dont le régime alimentaire est cité en exemple par de très nombreux nutritionnistes dans le monde. Avec le blé, il a été l'un des facteurs du développement de la civilisation gréco romaine dont nous sommes les héritiers et les continuateurs, ils sont même devenus les symboles religieux les plus représentatifs. Durant cette longue période la consommation modérée et raisonnée de vin n'a eu que des effets positifs sur la santé humaine, sur la création culturelle, artistique, sur le sens de la beauté, le goût du vrai, de l'attention portée à autrui, de la connivence. Il a contribué à transmettre une mémoire, des traditions, un sentiment d'appartenance, et un appétit d'universalité. Il faut partie intégrante de notre culture… Il n'y a pas de raison objective pour que cela change à notre époque. Les excès de consommation de vin sont néfastes comme tous les excès le sont pour la santé humaine. Une alimentation trop riche en lipides, en protéines ou en sucre induit des déséquilibres physiologiques infiniment plus dommageables pour la santé et les finances publiques.

Toute une série d'actions sont développées directement ou indirectement par le Ministère de la Santé, pour réduire l'alcoolisme en France, ce qui est une mission hautement respectable.

 Mais en réalité, ceux qui inspirent l’action ministérielle, quel que soit son orientation politique,  ont un  objectif plusieurs fois affirmé, c’est, s'appuyant sur le principe de précaution, l'abstinence totale, seule à même de protéger le consommateur. Certaines associations de lutte contre l’alcoolisme proche et financées par le ministère de la santé, dévoyées par des raisonnements mécanistes aux données très critiquables  affirment que la seule consommation sans danger de vin est la privation totale,  le consommateur modéré risquant l'abus en permanence.

La seule façon de sortir de cette situation absurde, est que le statut du vin soit clairement  identifié, par une décision parlementaire, comme une boisson au statut culturel, au potentiel économique international, indispensable au développement touristique du pays. L’Espagne a montré la voie, cette décision ayant été prise au Parlement madrilène.

 

Peut on espérer, grâce au  changement politique que nous vivons, et a votre action,  que le vin soit sorti de la lutte anti-alcoolique entreprise et financée par l’Etat.?

 

Jean Clavel 13/06/2007

 

14/06/2007

autres commémorations:

Quelques initiatives de commémorations de 1907 :

Il y a sur l’Esplanade de Montpellier une création-composition-exposition étonnante qui occupe beaucoup de place. Elle est composée principalement, de rangées de trépieds fabriqués à partir de douelles de tonneaux de 220 litres de vin, les uns colorés aux 3 couleurs françaises symbolisant l’armée d’occupation du Languedoc et de rangées couleur bois, symbolisant les manifestants.. Je servais de « cobaye » à 2 journalistes télévisuels en formation au centre de formation de Montpellier, qui avaient à réaliser en urgence une brève télévisuelle sur cette création artistique. C’est en situation professionnelle habituelle pour ce métier, on donne un sujet, il faut le traiter dans un temps très limité pour le sortir fini au JT du soir. J’ai parlé de 1907 sur le terrain interrompu  par  des passants qui cherchaient à comprendre le pourquoi de la chose. Ensuite il y a eu des questions aux curieux, jeunes et personnes âgées ne savaient pas ce qu’était 1907 et la relation avec la création artistique encore moins. J’ai revu ensuite avec leur professeur le rendu qui était convenable.

Hier soir, mercredi 13/06,  1907 pour un plateau de télévision tout nouveau à Montpellier , super équipé, c’est le groupe NRJ qui en est à l’origine, c’est en rodage, 3 heures d’émissions par jour le soir, ce sont des professionnels jeunes et compétents, nous étions 4 pour une heure de direct  1907/ 2007. Jackie Villacéque de Midi Libre auteur d’un livret de pièce de Théatre mettant en scène Clemenceau et Marcelin Albert , et la déchéance de celui ci  après l’entrevue avec le tigre. Cette pièce sera jouée au Printemps des Comédiens au Château d’O  ces jours prochains. Maître Ferrand ancien bâtonnier de l’ordre des avocats, et auteur d’un ouvrage sur les aspects judiciaires des évènements de 1907, qui sort ces jours prochains, le conservateur. du Musée du Vieux Biterrois à Béziers qui présentait les diverses expositions sur 1907 dans cette ville en particulier, celle qui est présente sur les Allées Paul Riquet jusqu’à la fin de l’été, composée  de  reproduction  et  agrandissement de cartes postales de cette époque, et l’exposition au sein du musée pour la première fois de tous les numéros de l’Illustration, célèbre revue nationale illustrée qui a couvert les évènements, de façon photographique et de textes originaux de journalistes. Je présentais quant à moi au travers de mon ouvrage le 21° siècle des vins du Languedoc les similitudes et les différences entre la viticulture du début du 20° siècle et celle d’aujourd’hui, tant du point de vue de la production que du marché.

Souhaitons longue vie à cette télé de concept nouveau sur Canal 34.

Un nouveau DVD vient de sortir sur 1907, c’est un film de plus de 25 minutes, principalement axé sur les vins du Roussillon, et retraçant les évènements  vus  de Perpignan, auquel nous avons participé Jean Sagnes et moi-même. Nous avons même enregistré, avec Lo Cocut de Clapier,  3 pièces : Gloire au 17°, la Vigneronne et Canigo en catalan, que je eux transmettre facilement par internet

C’est une réalisation Sud Vidéo Production , renseignements sur le site web : www.sudvideoprod.com

On m'indique que La Semaine du Roussillon N° 560 a produit un numéro spécial 1907, bien réalisé, "Les Gueux du Roussillon dans la révilte du Midi"avec toute l'histoire du villagede Baixas, (prononcer Bachas) si on ne veut pas être traité de "gabach ", le premier village du midi a avoir décidé la gr-ve des impôts, le récit détaillé de la manif réunissant 180 000 personnes le 19 mai à Perpignan, avec la consigne de porter chacun un brin d'amandier et de pin à la boutonnière, le sac et l'incendie de la préfecture le 20 juin , le préfet Dautresme réfugié sur le toit !!!! Jean Sagnes Historien bien connu de cette époque qui a été président de l'Université de Perpignan, a fait le rapprochement de la situation viti de 1907 avec celle de 2007

Il se passe aussi des choses chez nos amis de Provencce: 

Artscénicum, compagnie professionnelle de Théâtre  basée dans le Var, débutera le 30 juin prochain une tournée  de sa nouvelle création "1907, Batailles dans le Midi ou la tragédie de Marcellin Albert" . La pièce qui regroupe 17 Choristes, 5 comédiens et 2 musiciens,  sera jouée à Cuers le 30 juin, à Montfort/argens le 6 juillet, à Bormes les mimosas le 11 , au Plan de la tour le 20 , Au Luc le 25, à Trigance le 29, à Barjols le 8 aout, à Néoules le 10, à Six Fours le 1er septembre, à La Valette le 15. D'autre dates sont par ailleurs en préparation. 
Le 5 juillet à Montfort, de l'association, une soirée autour de 1907 composée : d'une conférence  "1907, du Var au Languedoc" donnée par JM Guillon, professeur à l'université D'Aix-Marseille spécialiste de l'histoire de la Provence contemporaine, d'un repas et enfin d'une lecture-animation des Mémoires de Marcelin Albert donnée par André Neyton.      
Le Var, seul département hors du Languedoc à s'être fédéré au mouvement, commemorera donc aussi à sa manière La Révolte.

A suivre….