UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/11/2006

Viticulteurs Veillons !!!!!

Viticulteurs veillons !!!!

 

 

Au mois d’Avril et Mai  1907, la Société départementale d’Agriculture de l’Hérault tint d’importantes réunions, sur le rapport de la commission parlementaire et sur la Charte de l’agriculture. M. A. Astier président créateur de la Caisse régionale de Crédit Agricole du Midi, a fait voter une motion par l’Assemblée Générale trimestrielle de la Société départementale, après avoir longuement analysé les raisons pour lesquelles, il est très critique sur  le contenu de la charte. En voici quelques extraits. Ne pourrait-on reprendre presque mot pour mot certaines analyses de situation à notre époque. Ces viticulteurs savaient s’exprimer avec toutes les nuances que permet la langue française. Extraits…

 

Il faut que je rappelle que la Société des Viticulteurs de France a provoqué à Paris au mois de Janvier dernier, un Congrès des membres des viticulteurs de France et de délégués des Sociétés agricoles, 170 sociétés étaient représentées. MM les Membres du bureau des viticulteurs de France ont usé de toute leur autorité, de toute leur influence, de toute leur éloquence pour faire approuver par le Congrès l’entente avec le Nord déjà ,conclue par eux dans ses grandes lignes. Quoiqu’on en ai dit, la grande majorité des délégués s’est énergiquement refusée par des votes très net, non pas à discuter ou d’entrer en pourparler avec les industriels du Nord, les adversaires d’hier et de demain, mais d’acquiescer à 3 propositions principales qui étaient :

1°-L’abandon du privilège des bouilleurs de cru, exigé sans compensation suffisante,

2°-L’abandon de la taxe différentielle dont les industriels susdits et le commerce ne veulent à aucun prix,

2°- Le relèvement du droit de circulation.

Je demande en passant à la Société des viticulteurs de France pourquoi elle nous a convoqués,  si c’était pour ne tenir aucun compte des décisions du Congrès, et si la convocation n’avait pour but qu’un simple acquiescement aux vues du bureau ?

Je comprends le sentiment de l’autorité, je comprends que lorsqu’on a une conviction sincère on cherche à la faire passer dans l’âme de ses concitoyens, mais cependant la minorité, surtout lorsqu’elle est infime comme en l’espèce, doit s’incliner ; sans cela il n’y a ni société, ni gouvernement possibles…..

Je rends volontiers hommage à la sincérité, au dévouement, à la compétence, à l’éloquence de ces viticulteurs éminents. Je suis convaincu qu’ils ont défendu avec énergie nos intérêts, c'est-à-dire ceux de la viticulture.

Je sais bien qu’ils ont combattu dans des conditions absolument désavantageuses. Ils ont été, en outre, à leur insu même, influencés par l’ambiance parisienne, par l’air des ministères, on leur a dit et répété : c’est ça ou rien. On leur a fait croire qu’il n’y  avait pas d’autres possibilités que celle qu’on leur proposait !

Bien plus on les a menacés, j’en suis sûr, puisque la menace m’a été faite à moi-même, de faire marcher le Nord contre le Midi, de provoquer une agitation par les grands journaux de la capitale, pour provoquer une révision des circonscriptions électorales et attribuer quelques circonscriptions et attribuer quelques députés de moins à la région du Midi et quelques députés de plus au Nord que son agriculture et son industrie si prospère peuplent de plus en plus. Cette menace sans effet sur nous, peut en avoir  sur les députés ou sur ceux qui aspirent à les remplacer.

Il n’en est pas moins certains qu’ils ont été roulés dans les farine par les fabricants de sucre et d’alcool et le commerce des vins ? L’expression est triviale mais elle rend bien ma pensée.

Après de longs développements de M. Astier sur le contenu de la Charte proposée, le Président de la Société d’encouragement met aux voix le vœu, qui est votée à l’unanimité moins une voix contre celle de M. Mestre.

 

La Société d’encouragement à l’agriculture de l’Hérault, persévérant dans l’esprit de solidarité agricole, dont elle a toujours été animée et dont elle a donné les preuves si nombreuses :

            Prend acte des avances faites à la viticulture par la Fédération agricole et industrielle du Nord, elle se déclare particulièrement heureuse de l’évolution des esprits du monde agricole et industriel de cette région, et regrette seulement que cette évolution n’ait lieu que sous la pression et la détresse de l’industrie de l’alcool et du sucre. (Concurrence des producteurs de canne à sucre du nouveau monde).

 

Elle estime que les agriculteurs des autres régions oubliant leurs grief légitimes, peuvent et doivent répondre aux avances du Nord et essayer un rapprochement dont le résultat serait certainement fécond.

En conséquence, la Société Départementale approuve l’esprit qui a guidé les viticulteurs qui ont répondu aux avances faites par le Nord, mais elle considère que la convention signée entre les délégués des industriels du Nord et les délégués du Comité Permanent du commerce des vins et de la viticulture, ne donne pas satisfaction suffisante à la viticulture méridionale quant à l’abus du sucrage et qu’en outre, par une réglementation du Privilège des Bouilleurs de Cru qui équivaut à sa suppression, , ainsi que par l’augmentation du droit de circulation sur les vins, ce compromis demande  des sacrifices  trop importants et peu en rapport avec les avantages qu’il concèderait.

Tenant ces motifs et sans s’arrêter aux menaces des industriels Nord, qui semblent démentir la sincérité des avances et des affirmations de solidarité formulées avec éclat par les délégués des Fédérations industrielles et agricoles de cette région,

La Société départementale prie les représentants de l’Hérault, tout en maintenant l’accord avec les représentants de toutes les régions viticoles de France, d’établir avec les représentants des régions du Nord les bases d’une entente loyale où les sacrifices des parties seraient réciproques et les avantages équitablement attribués.

Et dans  le cas où cette entente ne pourrait pas être rétablie sur d’autres bases plus équitables que celles présentées sous le nom de Charte Agricole, la société déclare la repousser purement et simplement

Montpellier le 9 avril 1907

 

 

 

 

Commentaires

Joyeux Noël et bon vin

Écrit par : diego | 24/12/2006

Joyeux Noel pour tout le monde, buvez un verre de vin pour moi qui ne suis pas la.
Bisous d'Annapolis!

Écrit par : Chloe | 25/12/2006

Les commentaires sont fermés.