UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/03/2006

600 000 personnes, le 9 juin à Montpellier

medium_marcelinbis.jpg

Le 11 mars, ils sont partis 50 avec leurs chevaux vers Narbonne, après réveil matinal, au son du clairon et tambour, pour rencontrer les parlementaires chargés par la Chambre des Députés d’étudier les solutions à la crise viticole nationale. Marcelin Albert avait essayé d’obtenir que les propriétaires de voitures automobiles, comme on disait à l’époque, amènent des vignerons du secteur. Sans résultat, mais tout de même quand ils arrivent à Narbonne, ils sont 87 du secteur d’Argeliès, ils ont utilisé d’autres moyens en particulier les vélos.

Lorsque j’ai relu le texte rédigé par ces députés à leur retour à Paris, on retrouve souvent les mêmes termes que ceux que nous entendons aujourd’hui : La crise viticole n’est pas due à la diminution de la qualité des vins, la crise viticole n’est pas due à la surproduction…..La commission est d’avis que tous les procès verbaux relatifs à des faits de fraudes soient, sans exception, transmis aux Parquets, soient jugés rapidement en appliquant les pénalités les plus sévère…
Qu’en pense, aujourd’hui, le Procureur de Montpellier qui semble avoir laissé son coude sur un gros dossier ?

Le Comité d’Argeliès est composé de Edouard Bourges le juriste, Marius Cathala gros propriétaire et érudit, rédacteur du Tocsin le journal qui va jouer un grand rôle, François Richard, Just Cabannes,Elie Bernard, le pharmacien Blanc, le médecin Senty, un ouvrier agricole, Gleize, qui sera l’assistant de Marcelin. Le docteur Ferroul maire de Narbonne rejoindra le groupe plus tard. Quelques jours après la rencontre de la commission parlementaire, le 24 mars une réunion publique réunit 300 personnes à Sallèle d’Aude, une semaine plus tard 600 personnes à Bize, 1000 à Ouveillan le 7 avril, de 5000 à 10 000 suivant les sources le 14 avril à Coursan, le 17 avril, communes de l’Aude et de l’Hérault forment des comités de défense viticoles, le 21 avril 15 000 vignerons sont à Capestang et les journaux régionaux commencent à s’intéresser au phénomène, 19 communes se fédèrent pour agir de concert.

On passe de la défense viticole à la défense de la région. Commence alors les grands meetings , 28 avril Lézignan,-Corbières, ou Galinier de Ginestas, trouve la mort car son cheval s’est emballé dans la foule, 20 000 manifestants , 5 mai Narbonne, 80 000, une pancarte dit « l’aigo al canal et lo sucre al sucrier » 12 mai Béziers, 150 000, 19 mai Perpignan, 170 000, 26 mai Carcassonne 250 000, 2 juin Nîmes 250 000, 9 juin Montpellier 600 000 personnes. A Narbonne Marcelin lit le serment des Fédérés : constitués en comité de salut public pour la défense de la viticulture, nous jurons tous de nous unir pour la défense viticole, nous la défendrons par tous les moyens. Celui ou ceux qui, par intérêt particulier, par ambition ou par esprit politique, porteraient préjudice à la motion première, et, par ce fait nous mettraient dans l’impossibilité d’obtenir gain de cause, seront jugés, condamnés et exécutés séance tenante. Ferroul lui répond : Je vous apporte mon adhésion et salue les infatigables promoteurs de cet admirable mouvement populaire ou vibre toute l’âme du pays viticole.
Il y a des épisodes tragi comiques, comme à Marcorignan, gare sur la ligne Bordeaux Marseille, une masse de vignerons veut parvenir à Béziers pour le meeting du 12 mai, à 7 heure du matin le chef de gare à délivré 1087 billets, mais tous les trains passent complets et le train qui devait, vide, venir de Narbonne n’arrive pas, à 9h30 les manifestants décident de bloquer la voie, les trains ne passent plus, les voyageurs descendent, une foule immense occupe la gare, le sous préfet de Narbonne se déplace et les gendarmes arrivent, le Préfet est prévenu et se déplace, de même que le Procureur et des auxiliaires de justice, ce n’est qu’à 17 h.15 que la voie est rendue libre et les trains peuvent à nouveau circuler. Il y a quelques milliers de personnes qui n’ont pu se rendre à Béziers.

Commentaires

Salut Jean,
Voilà une excellente initiative.
Ce blog va nous permettre de se souvenir pour certains, d'apprendre des faits historiques pour d'autres et peut être, et je le souhaite, de comprendre la viticulture d'aujourd'hui et surtout de demain.
Amicalement,
Laurent.

Écrit par : Laurent | 01/04/2006

1907-2007: la révolte des vignerons vue en 12 sculptures qui retracent les événements du midi à ceux d'aujourd'hui. Ces oeuvres sont le reflet qui continue de miroiter dans notre société: la contestation... Je les ai taillées dans le matériau qui sert de creuset à l'élaboration des vins, l'outil de travail du vigneron. Et, j'ai suivi les traits que ce travail avait écrit sur ces douelles pour évoquer l'ombre de la révolte. Quelques photos à voir sur http://atelierjatteau.free.fr. Prochaines expositions: jusqu'au 21 avril: Terroirs et Cépages à Béziers Oenopole, Avenue Wilson. 23 avril: Cité de la Vigne et du Vin au Pech Rouge entre Gruissan et Narbonne Plage au centre de recherche INRA. 24 avril-13 mai: Château Coupe-Roses chez Pascal et Françoise Frissant le Calvez à la Caunette(34210). 14 mai: Château de Malves en Minervois (11600): journée d'art contemporain. Ensuite elles sont disponibles pour des expositions sur des sites concernés par la vie des vignerons d'aujourd'hui: elles s'inscrivent dans l'histoire sociale.

Écrit par : Olivier de Kerckhove | 02/04/2006

Bonsoir Monsieur.
Tous mes encouragements pour continuer à alimenter votre blog.
J'appartiens à une association (Litoraria est son nom) basée à Aimargues (dans le Gard) : histoire, archéologie et ethnologie en petite Camargue. En 2007, nous avons en projet (ce n'est encore qu'à l'état embryonnaire) de proposer une exposition/colloque sur le thème : "la viticulture à Aimargues : grandeur et mutation" (nous avons pudiquement évité de dire "décadence").
J'ai mis de côté cette adresse car il se pourrait que nous vous contactions si ce projet devait prendre forme.
Merci encore

Écrit par : pascal Rey | 10/04/2006

je suis interessé par votre relation des événements de 1907.
mon arrière grand père jules leenhardt-pommier a,je crois ,joué un role lors d'une soirée d'émeute à montpellier
alors que le sous préfet de lodève était retenu prisonnier à
paulhan et a essayé d'etre un élément conciliateur.En avez vous connaissance?

Écrit par : arnaud leenhardt | 20/04/2006

Les commentaires sont fermés.