UA-391811903-1
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/05/2015

Languedoc , de l'ancien régime à la fusion 2015

Le Languedoc (Lengadòc, en occitan) est un territoire du sud de la France traditionnellement divisé en Haut-Languedoc, qui correspond approximativement à l'actuelle région Midi-Pyrénées, et Bas-Languedoc, qui correspond approximativement à l'actuelle région Languedoc-Roussillon. Le Languedoc fait partie de l'Occitanie, vaste espace géographique de langue d'oc.

 

 

Lire la suite

08/01/2015

Disparition de Yves Rouquette, Camarès (12360) 04-01-2015.

 

Yves Rouquette, chantre de la culture occitane, est mort dimanche 4 janvier à l'âge de 78 ans à son domicile de Camarès, (12360) dans l'Aveyron. Il aurait eu 79 ans en février 2015. Il est de ma génération.

 

Militant de la reconnaissance de la langue occitane, enseignant, auteur de nombreux ouvrages dans ce domaine, cocréateur de l'IEO, Institut d'étude occitane à Béziers. L'un de ses ouvrages «  De la vinha, del vin e dels ômes  » «  IEO 1987  » a suivi mon «  Histoire et avenir des vins du Languedoc  » (Privat 1985) qui l'a inspiré et dont il s'est nourri.

 

 

 

Né en 1936 à Sète, Yves Rouquette, qui exerça longtemps son métier de professeur de français à Béziers, s'est imposé au fil de ses écrits et de son action comme une figure incontournable de la défense et de la promotion de la langue occitane. Il fonda ainsi la revue Viure (1965-1973) et fut un des principaux animateurs du mouvement «  Volèm viure al païs  » («  nous voulons vivre au pays)

 

 

 

 

Lire la suite

31/12/2014

Classes sociales moyennes et autres?

« Le concept de classes moyennes est vague. Les « classes moyennes supérieures » sont le plus souvent des couches aisées rebaptisées « moyennes » dans les années 2000 pour profiter des politiques de baisses d’impôts. Un grand nombre de commentateurs considèrent qu’une personne seule dont le revenu mensuel après impôts s’élève à 3 000 euros appartient au groupe moyen, alors qu’elle figure parmi les 10 % les plus favorisés. Pour clarifier le débat, l’Observatoire des inégalités reprend le découpage suivant, identique à celui utilisé par le Credoc : les 30 % les plus démunis composent les catégories « modestes ». Les 20 % les plus riches composent les catégories « aisées ». Les classes « moyennes » se situent entre les 30 % les plus démunis et les 20 % les mieux rémunérés. Elles représentent 50 % de la population. classes_moyennes_centre_obs4.jpg

Les chiffres de l’Insee dévoilent aussi une autre face de la réalité :

la très forte progressiondes inégalités. En 2002, le cinquième le plus

pauvre de la population française percevait 9,3 % du niveau de vie total.

Il en perçoit désormais ,en 2014, 8,7 %, soit 0,6 point de moins,

ce qui représente environ 6 milliards de moins que ce qu’il aurait perçu

si la répartition des revenus ne s’était pas déformée à son détriment.

Pendant ce temps, dans le cinquième le plus riche, c’est l’inverse qui s’est produit :

de 37,7 %, sa part dans le revenu total est passée à 39 %, soit 1,3 point de plus,

donc un gain supplémentaire d’environ 12 milliards issu de la déformation de la

répartition des revenus à son avantage.

Et l’on entend ces pauvres privilégiés hurler à l’oppression fiscale parce que l’État

viendrait leur reprendre une part de ce surplus ?      

Lecture : au seuil du 1er décile (10 % des Français gagnent moins)

les Français ont perdu 3 points de pouvoir d'achat entre 2008 et 2010, t

andis qu'au seuil du 9e décile (10 % des Français gagnent plus) ils en ont gagné

1 et même 2 si on s'intéresse

au centile 95 (5 % des Français gagnent plus). Source : Insee

Il faut lire l'ouvrage d'un économiste français internationalement reconnu,

Thomas Pikelly (Le Capital au XXI° siècle) Qui démontre dans ses

études approfondies, que ,dans de nombreux pays, au niveau mondial,

les inégalités de revenus (et de pouvoir) progressent, parfois rapidement.

C'est le cas en Europe, mais aussi aux USA.

Le Monde de la Finance établit son emprise , aidée par la mondialisation,

et les catégories sociale favorisées unissent leurs forces pour développer

leur influence sur l'économie mondiale, ce qui explique la croissance des inégalités.

Les classes sociales favorisées se rendent-elles compte que cette situation

pourrait entraîner des risques futurs de relations difficiles entre

classes sociales opposées ?